NOUVELLES
29/04/2012 06:33 EDT | Actualisé 29/06/2012 05:12 EDT

Plus de 90 blessés dans des heurts au Caire avec des manifestants salafistes

Plus de 90 personnes ont été blessées dans la nuit de samedi à dimanche au Caire dans des affrontements entre des salafistes et des civils, présentés comme des résidents du quartier où avait lieu une manifestation.

Des dizaines de partisans de Hazem Abou Ismaïl, un salafiste écarté de la course à la présidentielle, s'étaient dirigés samedi vers le quartier d'Abbassiya, non loin du ministère de la Défense, pour protester contre l'exclusion de leur champion et réclamer le départ du pouvoir militaire.

Dans la nuit, ils ont été attaqués par des civils qui seraient, selon l'agence officielle Mena, des habitants du quartier exaspérés par leur manifestation.

Les heurts ont duré jusqu'à l'aube et les deux camps ont échangé jets de pierres, cocktail molotov et tirs de chevrotine, a indiqué une source au sein des services de sécurité.

Selon le ministère de la Santé, 91 personnes ont été blessées, pour la plupart sans gravité.

La police militaire postée devant le ministère de la Défense n'est pas intervenue.

Les violences lors des manifestations en Egypte sont fréquemment attribuées à des hommes de main commandités par des rivaux pour attaquer les protestataires.

Hazem Abou Ismaïl fait partie de dix candidats sur 23 à avoir été éliminés en raison d'irrégularités dans leurs dossiers. La mère de M. Abou Ismaïl a obtenu selon les autorités la nationalité américaine, ce qui contrevient à la loi électorale qui stipule que le candidat, ses parents et son épouse doivent être uniquement Egyptiens.

La plupart de ses partisans soutiennent qu'"un complot" a été orchestré contre leur candidat et refusent son exclusion.

str-iba/cr/jt