NOUVELLES
29/04/2012 07:23 EDT | Actualisé 29/06/2012 05:12 EDT

Nucléaire: l'Iran espère le "succès" des négociations avec les 5+1

L'Iran espère que les prochaines négociations avec les grandes puissances sur son programme nucléaire, qui doivent se tenir le 23 mai à Bagdad, seront couronnées de "succès", a déclaré dimanche le ministre des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi.

"Les discussions d'Istanbul ont été un succès et nous espérons que la réunion de Bagdad sera un succès (...). Avec l'aide de Dieu, nous pourrons franchir plusieurs étapes supplémentaires à Bagdad", a expliqué M. Salehi lors d'une conférence de presse, cité par l'agence ISNA.

L'Iran doit poursuivre à Bagdad ses discussions avec le groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France et Royaume-Uni ainsi que l'Allemagne), qui avaient repris en avril à Istanbul après quinze mois d'impasse.

"A Istanbul, nous étions au début de la fin du dossier nucléaire (de l'Iran, ndlr) et nous espérons, dans un avenir proche, que nous assisterons à la fin de cette affaire montée de toutes pièces", a ajouté le ministre.

Téhéran espère obtenir à Bagdad le retrait des sanctions économiques imposées par l'Occident, qui accuse l'Iran de vouloir se doter de l'arme atomique sous couvert de son programme nucléaire civil.

Les discussions devraient porter sur l'éventualité d'autoriser l'Iran à produire de l'uranimum enrichi jusqu'à 20%, loin des 90% nécessaires à la fabrication la fabrication de l'arme atomique.

Vendredi, le Los Angeles Times avait affirmé que l'administration Obama était prête à autoriser l'Iran à poursuivre la production d'uranium enrichi à 5%.

Le programme nucléaire de l'Iran a été condamné par six résolutions de l'ONU, dont quatre assorties de sanctions qui ont été ensuite renforcées unilatéralement par les Etats-Unis et l'Union européenne.

Avant les négociations avec les 5+1, l'Iran doit engager un nouveau round de discussions avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) les 14 et 15 mai à Vienne. Début février, ces discussions avaient tourné court, une équipe de l'AIEA ayant affirmé ne pas avoir pu inspecter les installations nucléaires de Parchin, près de Téhéran.

fpn/rmb/jt/fc