NOUVELLES
29/04/2012 06:44 EDT | Actualisé 29/06/2012 05:12 EDT

Le Soudan décrète l'état d'urgence à sa frontière avec le Soudan du Sud

KHARTOUM, Soudan - Le Soudan a décrété l'état d'urgence, dimanche, près de sa frontière avec le Soudan du Sud une journée après que les autorités soudanaises eurent arrêté trois ressortissants étrangers dans une ville frontalière.

Les arrestations et l'état d'urgence ont augmenté les tensions le long de la frontière entre les deux nations rivales, qui ont été à deux doigts de déclencher une guerre durant le dernier mois en raison de nouveaux combats dans une zone disputée.

Khartoum a accusé le Soudan du Sud d'utiliser des combattants étrangers pour mener des attaques dans la région d'Heglig, une zone riche en pétrole revendiquée par le Soudan.

Les troupes sud-soudanaises ont brièvement occupé l'endroit, faisant craindre à la communauté internationale une montée de la violence entre les deux pays.

Le porte-parole de l'armée soudanaise, le colonel Sawarmy Khaled, avait déclaré samedi, sur les ondes de la télévision d'État, que quatre personnes avait été arrêtées à Heglig, soit un Norvégien, un Britannique, un Sud-Africain et un Sud-Soudanais.

Le colonel Khaled avait soutenu que les quatre hommes s'adonnaient à des activités militaires, sans toutefois élaborer. Il avait indiqué que ces arrestations prouvaient que son gouvernement avait raison lorsqu'il reprochait au Soudan du Sud d'avoir recours à des soldats étrangers.

Un organisme d'aide humanitaire basé à Oslo a toutefois révélé, dimanche, que le prisonnier originaire de la Norvège était l'un de ses employés qui se trouvait au Soudan pour effectuer une mission de déminage d'une durée de cinq jours en compagnie du Britannique et du Sud-Africain.

Le Soudan du Sud s'est séparé du Soudan en juillet dernier, mais les deux pays ne se sont pas encore entendus sur l'emplacement de la frontière et sur le partage des revenus liés au pétrole.