NOUVELLES
29/04/2012 05:58 EDT | Actualisé 29/06/2012 05:12 EDT

Le chef du CICR considère que le plan Annan pour la Syrie est "en danger"

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Jakob Kellenberger, considère que le plan Annan pour la Syrie est "en danger", dans une interview publiée dimanche par le journal suisse Der Sonntag.

"Je place de grands espoirs dans le plan en six points de Kofi Annan, qui inclut la mission de l'ONU chargée de surveiller le cessez-le-feu", a déclaré M. Kellenberger.

"Malheureusement, je suis aussi très conscient que plan est en danger. Il est donc d'autant plus important que la mission puisse se développer rapidement", a-t-il expliqué.

Il demande par ailleurs à "toutes les parties impliquées dans la violence de respecter le droit et de faire preuve d'humanité".

Depuis le début de la répression de la révolte en mars 2011, le président du CICR s'est rendu trois fois en Syrie et a rencontré le président Bachar al-Assad en septembre dernier. Son premier séjour à Damas remonte à juin 2011.

Depuis, le CICR, en partenariat avec le Croissant-Rouge syrien, a pu distribuer des vivres et de l'aide humanitaire à quelque 300.000 personnes dans le pays, selon M. Kellenberger.

Lors de sa dernière visite, début avril, le haut responsable humanitaire s'est rendu une nouvelle fois à Damas pour préparer une augmentation des capacités de l'organisation sur le terrains, tant en termes de personnel international que de logistique.

Depuis mars 2011, le régime du président Bachar al-Assad, réprime dans le sang une révolte populaire sans précédent. Les violences ont fait plus de 11.100 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), et poussé des dizaines de milliers de Syriens à fuir vers les pays voisins.

Face aux violences quotidiennes du cessez-le-feu entré en vigueur le 12 avril, les Occidentaux ont évoqué un recours à la force en cas d'échec du plan Annan.

apo/pb