NOUVELLES
29/04/2012 11:14 EDT | Actualisé 29/06/2012 05:12 EDT

L'assurance en vue d'un voyage n'est pas à négliger

CALGARY - Tout d'abord les graves orages électriques ont frappé. Puis le mauvais fonctionnement d'un train d'atterrissage a forcé l'évacuation d'un appareil à l'aéroport O'Hare de Chicago.

Si cela n'était pas suffisant, Air Force One devait atterrir dans la ville afin que le président américain Barack Obama puisse y passer sa journée d'anniversaire.

L'aéroport O'Hare est déjà très achalandé en temps normal. Aucun avion ne pouvait atterrir ou s'envoler, et ce qui devait être un arrêt rapide entre Boston et Calgary il y a de cela deux étés se transformait en un séjour de 18 heures.

Cela aurait représenté un séjour coûteux si je n'avais pas acheté d'assurance-voyage pour couvrir les frais d'une nuit à l'hôtel, de trois repas et d'articles de toilette pour me contenter en attendant de pouvoir récupérer mes valises consignées.

L'assurance est un bon élément à inclure dans n'importe quelle liste dans le but de se prémunir contre toutes circonstances inattendues à l'étranger — que ce soit en cas de blessures, de maladies ou complications de toutes sortes.

Dans ce cas, la police d'assurance avait été obtenue auprès d'une institution de carte de crédit, mais la couverture peut aussi être fournie par les banques, les agences de voyages et les programmes de soins de santé de son employeur.

«Les soins médicaux d'urgence représentent sans nul doute la plus importante couverture pour tout voyageur — qu'il prenne la voiture, l'avion, le bateau ou le train — lorsqu'il quitte sa province de résidence. C'est absolument indispensable quand on quitte le Canada», soutient Martha Turnbull, directrice générale en Assistance et sinistres à RBC Assurances.

Les programmes provinciaux de santé offrent une certaine couverture, mais elle est négligeable, selon Mme Turnbull.

Par exemple, relate-t-elle, un client de RBC Assurances a développé une pancréatite en voyageant à Cancun, au Mexique. La facture pour cinq jours dans un hôpital local et le voyage de retour s'est élevée à 83 748,46 $. Son programme gouvernemental de santé a couvert seulement 1376,99 $, et RBC a versé le reste.

Les polices peuvent aussi inclure des éléments non médicaux, tels que l'annulation d'un voyage — si par exemple une urgence familiale survient et des vacances doivent être reportées — ou des bagages perdus.

Chaque voyageur a ses propres besoins, alors les coûts varient, fait remarquer David Lytle, rédacteur en chef du site web Frommers.com.

L'assurance en cas d'évacuation est bonne si la personne se rend dans une région instable ou prend part dans des activités risquées tout en voyageant. Ce type de couverture accaparera jusqu'à 15 pour cent du budget de voyage d'un particulier.

L'assurance ne coûtera habituellement pas aux voyageurs plus de sept pour cent de leur budget, a précisé M. Lytle.