NOUVELLES
29/04/2012 11:00 EDT | Actualisé 29/06/2012 05:12 EDT

La Ligue arabe tente de dénouer la crise entre l'Egypte et l'Arabie

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, a indiqué dimanche qu'il tentait de résoudre la crise diplomatique entre l'Arabie saoudite et l'Egypte, en la qualifiant de "nuage passager".

M. Arabi a dit dans un communiqué s'être entretenu avec les ministres saoudien et égyptien des Affaires étrangères, Saoud al-Fayçal et Mohammed Kamel Amr.

L'Arabie saoudite a rappelé samedi son ambassadeur au Caire pour consultations et fermé son ambassade ainsi que ses consulats à Alexandrie et à Suez après des manifestations hostiles réclamant la libération d'Ahmed al-Guizaoui, un avocat et défenseur des droits de l'Homme égyptien arrêté par les autorités saoudiennes.

Le patron de la Ligue arabe a déclaré "avoir confiance dans la sagesse des deux pays pour dépasser ce nuage passager dans les relations historiques et stratégiques spéciales entre l'Egypte et l'Arabie".

Mohammed Kamel Amr, le chef de la diplomatie égyptienne, a de son côté estimé qu'il fallait distinguer les relations bilatérales avec l'Arabie d'avec le cas d'un citoyen.

"Les problèmes des Egyptiens en Arabie sont très peu nombreux quand on les compare à leur nombre, qui dépasse les deux millions", a-t-il ajouté dimanche devant les commissions parlementaires des droits de l'Homme et des affaires arabes.

M. Amr a dans le même temps rejeté "toute expression offensante écrite sur les murs de l'ambassade saoudienne au Caire".

Samedi soir, les Frères musulmans, première force politique du pays, avaient appelé l'Arabie saoudite à "oeuvrer pour ne pas augmenter les tensions entre Le Caire et Ryad et à repenser sa décision de fermer son ambassade et ses consulats".

"Les gens qui ont manifesté devant l'ambassade (...) exprimaient le désir des Egyptiens de préserver la dignité de leurs concitoyens dans les Etats arabes", a dit le Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ, issu de la confrérie) dans un communiqué, en suggérant qu'une équipe égyptienne puisse participer à l'enquête sur le cas de M. al-Guizaoui.

mon-iba/sw