NOUVELLES
29/04/2012 03:01 EDT | Actualisé 29/06/2012 05:12 EDT

Israël: hospitalisation du chef du FPLP en grève de la faim en prison

Le secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), qui observe depuis près de deux semaines une grève de la faim, a été transféré vers une prison-hôpital près de Tel-Aviv, a indiqué dimanche un député palestinien.

Ahmed Saadat, secrétaire général du FPLP (gauche nationaliste), a commencé à refuser toute nourriture le 17 avril dans le cadre d'un mouvement de grève de la faim de prisonniers palestiniens suivi par au moins 1.350 Palestiniens détenus par Israël.

"Ahmed Saadat a été transféré vers l'aile médicale de la prison de Ramleh mais nous n'avons pas de précisions sur son état de santé", a indiqué Khalida Jarrar, l'une des trois députés du FPLP.

"Israël est responsable de sa vie car il est dans une prison israélienne", a estimé Mme Jarrar qui est responsable du dossier des prisonniers au sein du Conseil législatif palestinien (CLP).

Une porte-parole de l'administration pénitentiaire a confirmé que Ahmed Saadat avait été transféré, précisant qu'il s'agissait d'une mesure de précaution et que son état de santé était "bon".

"Il a été transféré (...) en raison de son âge avancé, pour permettre un meilleur suivi", a indiqué la porte-parole Sivan Weizman à l'AFP. "Il est en bon état de santé", a-t-il ajouté.

Ahmed Saadat, qui approche les 60 ans, purge une peine de 30 ans pour avoir "dirigé une organisation terroriste".

Il avait d'abord été accusé d'être le cerveau du meurtre du ministre israélien du Tourisme Rehavam Zeevi en octobre 2001, avant que ces charges ne soient abandonnées par le parquet.

M. Saadat, un des principaux chefs du mouvement national palestinien en prison, avait déjà été hospitalisé en octobre après avoir observé une grève de la faim pendant 21 jours, selon son entourage.

De son côté, le chef du mouvement islamiste palestinien Hamas, Khaled Mechaal, a indiqué dimanche au Caire avoir convenu avec le président Mahmoud Abbas et la Ligue arabe de soumettre la question des prisonniers palestiniens à l'Assemblée générale des Nations unies.

Environ 1.200 détenus palestiniens ont entamé une grève de la faim illimitée le 17 avril pour protester contre leurs conditions de détention. Depuis, près de 150 autres détenus se sont joints au mouvement.

Selon l'ONG palestinienne de soutien aux prisonniers Addameer, quelque 3.500 prisonniers au total devraient suivre le mouvement de grève de la faim à compter de mardi prochain.

Le ministre palestinien des Prisonniers, Issa Qaraqaë, a indiqué de son côté à l'AFP que des contacts étaient en cours entre l'Autorité palestinienne, Israël, les pays arabes et l'Union européenne pour tenter de régler ce conflit sans précédent dans les prisons israéliennes.

Parmi les cas les plus pressants, figurent deux détenus, Bilal Diab et Thaër Halahla, qui ont cessé de s'alimenter depuis plus de deux mois pour protester contre leur maintien en détention administrative, c'est-à-dire sans inculpation.

L'état de Bilal Diab, 27 ans, de Jénine (nord de la Cisjordanie), s'est fortement dégradé ces derniers jours, et il a momentanément perdu connaissance dimanche, a précisé le Club des prisonniers palestiniens.

Environ 4.700 Palestiniens sont détenus par Israël, selon cette association, la plupart pour des motifs de sécurité et purgeant des peines de prison à perpétuité.

he-jjm-agr/feb