NOUVELLES
29/04/2012 11:56 EDT | Actualisé 29/06/2012 05:12 EDT

Grand Prix d'Espagne - Stoner renvoit Lorenzo et Pedrosa dos à dos

L'Australien Casey Stoner (Honda), champion du monde en titre a réussi a vaincre pour la première fois en terre andalouse à l'occasion du Grand Prix d'Espagne, renvoyant dos à dos les deux principaux prétendants au sacre, Jorge Lorenzo et Dani Pedrosa.

Stoner, qui s'offre son 17e podium d'affilée - ce qui le place au troisième rang dans l'histoire - n'a désormais plus qu'à signer un succès la semaine prochaine à Estoril (Portugal) pour se targuer d'avoir vaincu sur tous les circuits inscrits au calendrier.

Peu efficace pendant les essais - en partant de la 5e place sur la grille, il obtenait son plus mauvais résultat depuis son retour chez Honda début 2011 - le fougueux pilote s'installait sans coup férir en tête de la course dès le troisième tour et résistait jusqu'au bout aux assauts de Lorenzo qui échouait derrière lui à moins d'une seconde.

"On a eu la mauvaise idée de mettre un pneu soft à l'avant et au bout de sept tours les ennuis commençaient", a expliqué, navré, le pilote espagnol, vainqueur des deux précédentes éditions à Jerez mais qui demeure en tête du Championnat du monde.

Lorenzo, comme la plupart des pilotes de MotoGP, s'attendait à une course perturbée par la pluie, comme le fut celle des Moto2, interrompue au drapeau rouge dès les premières gouttes.

Mais, la météo, capricieuse depuis vendredi, poursuivait sur ce registre et décidait d'épargner les gros cubes.

"Pour une fois, j'espèrais la pluie", devait déclarer Stoner qui avait lancé un +yes+ de joie au moment de l'arrêt prématuré de la catégorie intermédiaire et de la victoire opportune de Pol Espargaro, en tête au tour précédent, comme le prescrit le règlement.

Mais au grand désespoir de certains - comme Valentino Rossi qui termine à une obscure 9e place - le soleil assécha la piste et accéléra les chronos.

Stoner qui avait réalisé des merveilles lors des essai hivernaux à Jerez ne fut pourtant pas le plus rapide de la journée. Le Britannique Cal Crutchlow se signala pendant toute la course - ainsi que son camarade de l'écurie Tech3, Andrea Dovizioso - et signa la meilleur tour en 1:40.019 devant toutes les machine officielles.

Cela ne devait cependant pas suffire pour rester au contact des deux leaders mais lui permettait de finir quatrième à un souffle de Pedrosa. Celui-ci poursuit sa série à Jerez et ne descend toujours pas du podium sur lequel il est installé depuis 2005.

"J'étais trop prudent au début. J'ai perdu trop de temps et lorsque j'ai réussi à passer Nicky Hayden et Dovizioso, il était trop tard", a expliqué le petit Catalan, de nouveau classé, comme au Qatar, parmi les trois meilleurs avec Lorenzo et Stoner.

Battu sur leur terrain, les deux Espagnols pourront toujours se rattraper à l'occasion des quatre autres rendez-vous - en comptant le Portugal - inscrits dans la péninsule ibérique.

Si Pol Espargaro a donc sauvé l'honneur de la couronne d'Espagne en inscrivant sa première victoire en Moto2, la victoire, en Moto3, de l'Italien Romano, 16 ans, à l'occasion du deuxième Grand Prix de sa jeune carrière a provoqué une vague d'enthousiasme parmi le public - plus de 100.000 spectateurs dimanche malgré le temps incertain - et les "grands" pilotes.

Lorenzo, Stoner et Pedrosa ne tarissaient pas d'éloge sur le "petit" considérant que l'Italie avait déniché un sacré diamant. Et tous trois savent de quoi ils parlent.

syd/grd