NOUVELLES
29/04/2012 11:03 EDT | Actualisé 29/06/2012 05:12 EDT

Des milliers d'Espagnols manifestent contre la politique d'austérité

MADRID - Plusieurs dizaines de milliers d'Espagnols ont manifesté dimanche à Madrid et dans les principales villes du pays contre la politique d'austérité du gouvernement conservateur, prévoyant des réductions des dépenses de santé et d'éducation.

Les manifestants sont notamment descendus dans les rues à Madrid, Barcelone, Valence ou Bilbao. "Ne jouez pas avec la santé et l'éducation", pouvait-on lire entre autres sur les banderoles. A Madrid, Cayo Lara, député de Gauche Unie, une coalition de partis d'opposition, a estimé que le gouvernement de Mariano Rajoy (Parti populaire) tirait prétexte de la crise financière pour brader au privé des pans du secteur public.

Ruth Colomo, une enseignante de 39 ans, soulignait que les services publics de l'éducation et de la santé ont été bâtis au fil des années avec l'argent des contribuables. "Ces services nous appartiennent et nous avons le droit de nous battre pour eux", a-t-elle expliqué.

Mariano Rajoy a justifié dimanche les nouvelles mesures d'austérité. Il n'y a "pas d'alternative" pour réduire les déficits et faire face à la crise, a-t-il affirmé, ajoutant qu'il faut opérer de "profonds changements structurels".

L'Espagne, de nouveau en récession, connaît le taux de chômage le plus élevé des 17 pays de la zone euro. D'après les chiffres publiés vendredi par l'Institut national de la statistique, 365 900 Espagnols ont perdu leur emploi au cours des trois premiers mois de 2012 et le nombre de chômeurs s'établit désormais à 5,6 millions. Le taux de chômage atteint 24,4% de la population active, grimpant à 52 pour cent pour les moins de 25 ans.

"Ce sont des chiffres terribles pour tout le monde et terribles pour le gouvernement", a commenté vendredi le ministre des Affaires étrangères José Manuel Garcia-Margallo sur la radio nationale espagnole. L'Espagne, dit-il, "connaît une crise d'une ampleur énorme".

En début de semaine, la Banque d'Espagne avait annoncé que le pays était en récession, pour la deuxième fois en trois ans, après deux trimestres de croissance négative. Le Produit intérieur brut (PIB) espagnol a diminué de 0,4 pour cent au premier trimestre de 2012, après -0,3 pour cent au dernier trimestre de l'an dernier, selon les estimations préliminaires de la banque centrale espagnole.

Ce retour de la récession, couramment définie par deux trimestres consécutifs de croissance négative, n'est pas une surprise, le gouvernement ayant déjà prévu pour cette année un recul de 1,7% pour cent du PIB.