NOUVELLES
29/04/2012 10:00 EDT | Actualisé 29/06/2012 05:12 EDT

Algérie: Etat "critique" pour le militant chômeur emprisonné en grève de la faim (avocat)

Un militant algérien des droits de l'Homme et chômeur, placé en détention préventive depuis le 18 avril et en grève de la faim depuis, est dans un état de santé "critique", a déclaré dimanche son avocat à l'AFP.

"Le détenu Abdelkader Kherba se trouve dans un état jugé critique par les médecins qui lui rendent visite tous les jours", a déclaré Me Amine Sidhome.

"Je lui ai rendu visite vendredi à la prison de Serkadji" - une prison de haute sécurité sur les hauteurs de la Casbah d'Alger - "et j'ai appris que son taux de glycémie était descendu" à un taux anormal, a également indiqué l'avocat. "Il a été placé en isolement comme c'est le cas de tous les grévistes de la faim dans les prisons", a encore ajouté M. Sidhome.

Abdelkader Kherba, membre de la Ligue algérienne pour la Défense des droits de l'homme (LADDH), avait été arrêté le 18 avril lors d'une manifestation de greffiers devant le palais de justice, dans le centre d'Alger.

Lors qu'il a été déféré devant un juge le jeudi 26 avril, une peine d'emprisonnement de trois ans a été requise contre lui pour "incitation à l'attroupement et usurpation d'identité".

"Son dossier est vide. Cette affaire a été montée de toutes pièces pour casser la grève des greffiers qui a commencé depuis plus de vingt jours", avait affirmé son avocat au tribunal dont le verdict est attendu le 3 mai.

Les greffiers ont déclenché depuis près d'un mois une grève pour réclamer une révision de leur statut et une hausse des salaires, ralentissant de ce fait les démarches administratives et la marche de la justice.

L'Observatoire pour la protection des droits de l'homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) et de l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT), ainsi que le Réseau euro-méditerranéen des droits de l'Homme s'étaient "inquiétés de la détention arbitraire et du harcèlement judiciaire mené contre le défenseur des droits de l'Homme Abdelkader Kherba".

ad-bmk/jms