NOUVELLES
28/04/2012 10:48 EDT | Actualisé 28/06/2012 05:12 EDT

Le Soudan du Sud prêt à retirer ses forces de la zone contestée de Abyei

Le Soudan du Sud s'est dit samedi prêt à retirer ses forces de la zone frontalière de Abyei, dont il dispute la souveraineté au Soudan, conformément aux exigences de l'Union africaine.

"Le ministre de l'Intérieur va permettre le retrait de Abyei de la force de police du Soudan du Sud (...) à condition que les Nations unies et l'Union africaine assurent la sécurité de ses ressortissants dans cette région", a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement sud-soudanais, Barnaba Marial Benjamin, assurant que ce retrait serait "immédiat".

Environ 110.000 personnes de l'ethnie Dinka Ngok, principalement implantée au Soudan du Sud, ont été contraintes de fuir les violences à Abyei et de se réfugier plus au sud.

L'Union africaine avait plus tôt ce mois-ci "répété qu'elle exigeait le redéploiement immédiat et sans conditions des 300 soldats soudanais restants et des 700 membres des forces armées du Soudan du Sud hors de la région d'Abyei". 

La région d'Abyei fait partie des nombreuses zones frontalières contestées par les deux Soudans où des combats ont lieu depuis la partition du pays en juillet dernier. 

Les forces armées de Khartoum contrôlent Abyei malgré la présence d'environ 4.000 casques bleus éthiopiens déployés par l'ONU pour assurer la démilitarisation de la zone.

Les habitants d'Abyei, une région aux terres fertiles, devaient se prononcer par référendum en janvier 2011 sur leur rattachement au Sud ou au Nord, mais une controverse sur les critères d'inscription sur les listes électorales a empêché la tenue du scrutin.

hmc-bb/jpc