NOUVELLES
28/04/2012 05:52 EDT | Actualisé 28/06/2012 05:12 EDT

Jesse Marsch est convaincu que son équipe ne peut que s'améliorer

MONTRÉAL - À n'en pas douter, cette deuxième victoire consécutive à domicile a réjoui l'entraîneur-chef de l'Impact de Montréal, Jesse Marsch.

Mine de rien, l'équipe a maintenant une fiche de 2-1-1 à ses quatre dernières rencontres et il grimpe tranquillement les échelons du classement dans l'Est: selon les résultats obtenus par les autres équipes de son Association ce week-end, il pourrait grimper aussi haut que le sixième rang, avec huit points (2-5-2).

«Je suis très content avec la performance de l'équipe, a dit Marsch — en français — aux médias montréalais. C'était un match important avant une série de matchs très importants.

«On a toujours senti que l'équipe prenait forme de la bonne façon, a-t-il poursuivi dans la langue de Shakespeare. Nous savons que l'on peut encore être meilleurs. Sans vouloir manquer de respect à Portland, qui a une bonne équipe même si elle connaît un début de saison difficile (2-5-1), je crois que (samedi), nous avons offert une performance dominante du début à la fin.»

«C'est très satisfaisant, a indiqué le capitaine Davy Arnaud. Je pense que ce sera bon pour notre confiance également, d'obtenir ce premier jeu blanc cette saison.»

Ce qui réjouit également Marsch, c'est la contribution de son banc. Il a noté l'impact qu'ont eu Lamar Neagle (57e) et Sinisa Ubiparipovic (68e) sur le jeu après leur entrée dans le match. Ubiparipovic a d'ailleurs marqué son deuxième but de la campagne à la 84e minute.

«Nous sommes très chanceux — et je suis très chanceux comme entraîneur — de pouvoir compter sur plusieurs joueurs qui font si bien en ce moment. J'inclus dans ce groupe Sinisa, Lamar Neagle, Nelson Rivas qui reviendra bientôt au jeu, Hassoun Camara a bien paru (à l'entraînement), Patrice (Bernier) a bien fait.

«Il y a des jours à l'entraînement au cours desquels les réservistes ont botté le cul aux partants. C'est toujours bon au sein d'une équipe.»

L'attaquant Bernardo Corradi abondait dans le même sens que son instructeur.

«Je crois que la force de cette équipe repose également sur la force de ses substituts, a dit l'Italien. Sinisa et Lamar ont fait de l'excellent travail. C'est important. Nous aurons une série de huit matchs en mai (si l'équipe atteint la finale du Championnat canadien) et c'est primordial que tous se sentent importants.»

Marsch a d'ailleurs déclaré que les performances des substituts, notamment d'Ubiparipovic, rendent son travail difficile.

«C'est une grande nouvelle pour moi, a dit Ubiparipovic. Même quand on s'est parlé l'an dernier, je lui ai dit que mon travail à moi serait de rendre le sien difficile. Si son travail est facile, c'est que quelqu'un ne fait pas le sien. Je vais continuer de tout donner.»

Des baisers pour maman

On a demandé à Corradi s'il souffle toujours des baisers à la foule quand il marque, comme il l'a fait après son but.

«Non, c'est juste qu'aujourd'hui, mes parents étaient là. Ils ont passé la semaine avec moi et retournent en Italie dimanche. En fait, j'envoyais des baisers à ma mère, car mon père est si nerveux pendant un match qu'il ne peut pas regarder! Il a dû se promener dans les coursives tout le long!»