NOUVELLES
28/04/2012 06:06 EDT | Actualisé 28/06/2012 05:12 EDT

Environ 25 000 personnes manifestent en Malaisie contre les règles électorales

KUALA LUMPUR, Malaisie - Les policiers ont utilisé samedi des gaz lacrymogènes et de l'eau mélangée à des produits chimiques afin de disperser les milliers de manifestants qui ont participé à l'une des plus grandes actions publiques qu'a connues la Malaisie.

L'action des manifestants visait à réclamer des règles plus justes pour les élections nationales qui auront lieu sous peu. Au total, 222 personnes ont été arrêtées, a indiqué la police de la Malaisie.

Selon des avocats, les gens arrêtés devraient être relâchés peu après que les autorités les eurent identifiés. Il demeure difficile de savoir s'ils seront accusés plus tard.

Les autorités ont indiqué que trois manifestants et 20 policiers avaient été blessés.

Au moins 25 000 manifestants ont envahi les rues de la plus grande ville de la Malaisie dans l'espoir que la coalition du premier ministre Najib Razak, au pouvoir depuis près de 55 ans, révise les politiques électorales avant les élections, qui pourraient avoir lieu dès le mois de juin.

Les autorités continuent d'assurer que les élections seront justes et libres. Ils rejettent ainsi les revendications des militants, qui estiment que la commission électorale est biaisée et que les listes électorales sont truffées de faux noms.

En agitant des affiches et en scandant des slogans, les manifestants vêtus de t-shirts jaunes se sont massés près d'une place publique que les policiers avaient encerclée de barbelés et de barricades.

«Je suis ici parce que je suis Malais et que j'aime mon pays, a lancé Burrd Lim, un directeur des technologies de l'informations. Il n'y a pas d'élections parfaites, mais j'en demande une qui soit la plus juste possible.»

La manifestation a été pacifique pendant plusieurs heures, jusqu'à ce que les organisateurs la qualifient de succès et invitent les manifestants à rentrer à la maison. Puis un petit groupe a tenté de traverser la ligne formée par les policiers, ce qui a poussé ces derniers à utiliser des gaz lacrymogènes et de l'eau mélangée à des produits chimiques.

Les manifestants se sont dispersés après une heure.