NOUVELLES
26/04/2012 12:08 EDT | Actualisé 26/06/2012 05:12 EDT

Opérations militaires à travers la Syrie, sept morts (ONG)

Sept personnes ont péri jeudi dans des violences en Syrie, dont cinq civils tués par les forces loyales au régime du président Bachar al-Assad, qui menaient de nombreuses opérations à travers le pays, selon une ONG et des militants.

"Deux civils ont été tués par des hommes armés loyaux au régime dans la localité de Mareh, dans la région d'Alep (nord)", a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), citant des militants sur place.

Dans la province de Deir Ezzor (est), "un civil a été tué par des tirs à la mitrailleuse lourde et de roquettes sur le village de Mohsen, sur lequel les forces gouvernementales tentent de lancer l'assaut", a affirmé l'ONG dans un communiqué, ajoutant que deux autres ont péri dans la ville même de Deir Ezzor.

Dans la même ville, un soldat au moins a péri dans l'explosion d'une bombe au passage de son véhicule, tandis qu'un déserteur a été tué lors de violents combats avec l'armée aux portes de Damas, à Zamalka.

Ailleurs aux alentours de la capitale, les forces de sécurité, appuyées par des blindés et des armes lourdes, ont lancé un assaut tôt dans la matinée sur Harasta, dans la banlieue de Damas, tout en menant des perquisitions et des arrestations, ont rapporté les Comités locaux de coordination (LCC, opposition).

L'OSDH a également fait état d'un "assaut entre Barzé (un quartier de Damas) et Harasta".

A Douma, également proche de la capitale, les troupes ont attaqué des maisons et des magasins et ont encerclé les hôpitaux à l'aube, au lendemain de la visite dans cette ville rebelle d'un groupe d'observateurs de l'ONU chargés de surveiller le cessez-le feu.

Dans la province de Deraa, berceau de la contestation dans le Sud, les militants ont fait état d'un important déploiement militaire au milieu de tirs intenses.

Des bombardements visaient également Maaret al-Noomane, dans la province d'Idleb (nord-ouest), selon les LCC.

A Homs (centre), des tirs nourris étaient entendus, tandis que les troupes et les chabbiha (milices civiles du régime) pénétraient dans l'université d'Alep (nord), de même source.

A Hama (centre), des explosions et des tirs nourris ont retenti durant toute la nuit dans plusieurs quartiers, selon les militants.

Mercredi, 27 civils avaient été tués par les forces gouvernementales, dont 12 civils dans le bombardement du quartier de Masaa al-Tayaran à Hama, selon l'OSDH, qui a également fait état de la mort de trois soldats.

L'agence officielle syrienne a de son côté rapporté qu'un "engin explosif a détonné alors qu'un groupe terroriste le manipulait dans une maison utilisée pour mettre au point des bombes", faisant 16 morts dans ce quartier de Hama.

Le porte-parole de l'émissaire international Kofi Annan, Ahmad Fawzi, a affirmé que les deux observateurs de l'ONU stationnés à Hama s'étaient rendus sur le site de l'explosion.

La Syrie est en proie depuis mars 2011 à une révolte populaire que le régime réprime dans le sang. Les violences ont fait en 13 mois plus de 11.100 morts, selon l'OSDH.

sbh/vl