NOUVELLES
26/04/2012 12:45 EDT | Actualisé 26/06/2012 05:12 EDT

L'Angola dément toute ingérence en Guinée-Bissau

Le vice-ministre angolais de la Défense, Salviano Sequeira, a démenti jeudi "toute ingérence" en Guinée-Bissau, tandis que le Parlement a autorisé le retrait de la mission technico-militaire angolaise déployée depuis mars 2011 dans ce pays.

"La présence de troupes angolaises en Guinée-Bissau était essentiellement basée sur l'accord de coopération bilatérale pour former les militaires de l'armée bissau-guinéene", a affirmé M. Sequeira à l'AFP.

"Cela ne pouvait se faire ni avec des jouets, ni avec des armes en bois. Il n'y a eu aucune ingérence interne, ni disproportion dans les armes de la part des troupes angolaises", a-t-il ajouté.

M. Sequeira s'est exprimé au lendemain du vote mercredi par le Parlement angolais d'une résolution condamnant le coup d'Etat en Guinée-Bissau et autorisant le retrait de la mission militaire déployée en mars 2011 dans ce pays lusophone d'Afrique de l'ouest.

La résolution a été approuvée après une question présentée par l'Unita, principal parti de l'opposition, qui a interpellé le pouvoir du président Jose Eduardo Dos Santos sur cette mission technico-militaire en Guinée-Bissau.

"Nous demandons simplement à l'exécutif angolais de nous expliquer le pourquoi de la Missang parce que les putschistes bissau-guinéens ont accusé l'Angola d'ingérence intérieure, et d'avoir apporté des armes lourdes de guerre", a expliqué Raul Danda, président du groupe parlementaire de l'Unita à l'AFP.

Déployée en mars 2011 dans le cadre d'un accord technico-militaire remontant à octobre 2010, la Mission militaire angolaise comptait initialement environ 200 hommes mais ses effectifs avaient progressivement augmenté à plus de 650 hommes.

job/clr/aub