NOUVELLES
26/04/2012 09:34 EDT | Actualisé 26/06/2012 05:12 EDT

Exercice militaire des monarchies du Golfe sur fond de tension avec l'Iran

Les monarchies du Golfe vont organiser dimanche à Abou Dhabi des manoeuvres de leur force conjointe, le Bouclier de la Péninsule, sur fond de tension avec l'Iran, en raison d'un différend territorial avec les Emirats arabes unis, a rapporté jeudi la presse locale.

Ces manoeuvres de deux jours, organisées au niveau du commandement et de l'Etat-major, sont destinées à "tester l'harmonie et la coordination" entre les trois corps d'armée, indique un communiqué officiel cité par la presse.

L'exercice vise aussi à tester la capacité de la force conjointe à "exécuter des missions spéciales limitées ou d'envergure sur les côtes et dans les îles situées dans les eaux territoriales (des pays membres), à la lumière de la conjoncture actuelle", selon le communiqué.

L'exercice est placé sous le thème "Loyauté aux îles", ajoute le texte, sans plus de détails.

Il intervient sur fond de résurgence de la tension entre les Emirats arabes unis et l'Iran après une visite le 11 avril du président Mahmoud Ahmadinejad à Abou Moussa, l'une des trois îles du Golfe au centre d'un litige territorial entre les deux pays.

Cette visite a été dénoncée comme une provocation par les Emirats et le Conseil de coopération du Golfe (CCG - Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar).

Téhéran a pris le contrôle d'Abou Moussa et des deux Tomb en novembre 1971 après le départ des forces britanniques du Golfe précédant l'indépendance des Emirats.

Les monarchies du Golfe organisent des manoeuvres périodiques de leur force conjointe. L'exercice de dimanche "se déroulera au niveau du commandement, mais sans tirs d'armes, pour tester la (capacité) de riposte à une éventuelle attaque balistique ou maritime contre les pays du CCG", a expliqué un analyste militaire, Riadh Kahwaji, interrogé par l'AFP.

"Les démonstrations de force ne sont pas dans les habitudes des monarchies du Golfe (...), lesquelles sont plus diplomates que l'Iran. Ce pays cherche toujours à convaincre le monde qu'il est une puissance régionale", a ajouté M. Kahwaji, directeur de l'Institute for Near East and Gulf Military Analysis, basé à Dubaï.

wak/tm/cco