NOUVELLES
26/04/2012 06:21 EDT | Actualisé 26/06/2012 05:12 EDT

Election française: les USA confiants dans l'engagement de Paris dans l'Otan

Les Etats-Unis sont confiants dans l'engagement de la France dans l'Otan peu importe le candidat qui sortira vainqueur du deuxième tour de la présidentielle le 6 mai, ont indiqué jeudi des responsables américains.

"La France a fait le choix de réintégrer pleinement l'Otan sous la présidence de (Nicolas) Sarkozy", a noté Elizabeth Sherwood-Randall, directrice des affaires européennes au Conseil national de sécurité des Etats-Unis, en référence à la décision française de rejoindre le commandement intégré de l'Otan.

"Nous en déduisons que s'il venait à y avoir un changement de gouvernement en France, la nouvelle équipe (au pouvoir) respecterait cet engagement parce qu'il a été autant dans l'intérêt de la France que dans celui de l'Alliance", a-t-elle ajouté.

Le candidat socialiste François Hollande, sorti vainqueur du premier tour de la présidentielle le 22 avril, a déclaré que s'il était élu, il ne s'agirait pas de "sortir" du commandement intégré de l'Otan, mais de "reposer les conditions", en termes de "respect de notre indépendance et de participation à des décisions".

Il a également promis, sauf "impossibilité matérielle", de retirer toutes les troupes françaises d'Afghanistan d'ici fin 2012, soit un an avant que ce que son rival et président sortant Nicolas Sarkozy a prévu.

L'Otan dispose actuellement de 130.000 forces sous commandement américain dans le pays, dont 3.300 françaises, et a pour objectif de transférer la totalité de la responsabilité de la sécurité aux autorités afghanes d'ici fin 2014.

Une victoire de M. Hollande interviendrait quelques semaines avant des négociations prévues à ce sujet lors du sommet de l'Otan à Chicago (Illinois, nord) les 20 et 21 mai.

"Evidemment, le président Sarkozy a été un soutien extraordinaire de l'Otan et un partenaire proche sur des dossiers comme la Libye (...) et nous sommes certains de conserver cet élan à l'avenir", a expliqué Ben Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale du président américain Barack Obama.

Pour M. Rhodes, la France "a été l'un de nos plus proches alliés dans le monde tout au long de l'histoire américaine et cela va, je pense, continuer, quel que soit le prochain président".

mso/oh/sam/eg