NOUVELLES
26/04/2012 07:49 EDT | Actualisé 26/06/2012 05:12 EDT

Charles Taylor purgera sa peine dans une prison britannique (Foreign Office)

L'ancien président du Liberia, Charles Taylor, reconnu jeudi coupable de crimes contre l'humanité et crimes de guerre durant le conflit en Sierra Leone (1991-2001) purgera sa peine dans une prison britannique, a indiqué à l'AFP une porte-parole du Foreign Office.

"La catégorie de l'établissement pénitentiaire où il sera détenu dépendra de la sévérité de la peine" qui sera prononcée le 30 mai, a précisé la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Le jugement prononcé par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) à Leidschendam (Pays-Bas) est historique dans la mesure où M. Taylor devient le premier ex-chef d'Etat condamné par la justice internationale, depuis les procès contre les responsables nazis à Nuremberg, à l'issue de la seconde guerre mondiale.

Le gouvernement britannique s'était engagé il y a cinq ans à recevoir M. Taylor en prison en cas de condamnation de ce dernier, afin de faciliter l'organisation d'un procès.

"Cela faisait partie de la contribution de la Grande-Bretagne au rétablissement de la paix en Sierra Leone", a précisé le Foreign Office.

Dans le même but, à savoir une traduction en justice, le gouvernement de Londres s'était porté volontaire pour l'incarcération de l'ex-président serbe Slobodan Milosevic, au cas où il aurait été reconnu coupable devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye.

Poursuivi pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide, M. Milosevic est cependant mort en détention en 2006, sans que son procès engagé depuis cinq ans n'aille à son terme.

Les prisons du Royaume-Uni sont réparties en quatre catégories, de A à D, déterminées en fonction de la gravité des peines infligées.

L'établissement de haute sécurité le plus connu est la prison de Belmarsh, dans le sud-est de Londres.

Elle a hérité au début des années 2000 du surnom de "Guantanamo britannique" du fait qu'elle abritait plusieurs personnes détenues sans jugement pour une période indéterminée, aux termes d'une loi antiterroriste introduite par le gouvernement de Tony Blair.

Au nombre des autres établissements susceptibles d'incarcérer Charles Taylor se trouvent Franckland dans le comté de Durham (nord-est), Full Sutton, près de York (nord) et Whitemoor dans le Cambridgeshire (nord de Londres).

dh-kjl/alm/ej