NOUVELLES
26/04/2012 11:49 EDT | Actualisé 26/06/2012 05:12 EDT

Alger va étudier la proposition du FMI (ministre)

Le gouvernement algérien étudiera la demande du Fonds monétaire international (FMI) de participer au renforcement de ses capacités de prêt, a déclaré jeudi son ministre de la Prospective et des statistiques Hamid Temmar.

"Le gouvernement va examiner la demande du Fonds monétaire international. Tout dépendra de l'opportunité" pour l'Algérie de participer au renflouement du FMI, a déclaré le ministre à l'APS en marge de la présentation de son livre "La transition de l'économie émergente".

"C'est au gouvernement d'apprécier l'opportunité de ces placements", a-t-il ajouté.

M. Temmar a relevé que la demande du FMI traduisait un revirement de la situation en faveur de l'Algérie, passée du rôle d'emprunteur du FMI dans les années 1990 à celui de net préteur dans les années 2000.

Le ministre algérien des Finances Karim Djoudi avait déclaré dimanche dernier à Washington que "cette demande a été faite par le FMI à l'Algérie en tant que pays doté d'excédents financiers" qui pourraient atteindre 205,2 milliards de dollars à fin 2012, selon les prévisions du FMI.

Il avait alors précisé qu'Alger ferait connaître sa réponse avant la prochaine assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale en octobre à Tokyo.

En janvier, le FMI avait annoncé être à la recherche de fonds pour augmenter de 500 milliards de dollars ses ressources prêtables.

Le G20 s'était engagé la semaine dernière à accorder au FMI plus de 430 milliards de dollars de ressources supplémentaires.

Le Japon, deuxième actionnaire du FMI derrière les Etats-Unis, pourrait apporter à lui seul 60 milliards de dollars.

bmk/jlb