Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La Fed pourrait procéder à de nouveaux achats d'obligations, affirme Bernanke

WASHINGTON - Le président de la Réserve fédérale des États-Unis, Ben Bernanke, a affirmé mercredi que de nouveaux achats d'obligations par la Fed demeuraient possibles si jamais l'économie américaine nécessitait un coup de pouce supplémentaire.

M. Bernanke a indiqué que la banque centrale était prête à prendre des mesures additionnelles, faisant allusion à une troisième ronde d'achats d'obligations. Deux programmes du genre, maintenant arrivés à terme, ont précédemment été mis en place par la Fed dans le but de faire baisser les taux d'intérêt à long terme et d'encourager l'emprunt de même que les dépenses.

Le président de la Fed a tenu ses propos lors d'une conférence de presse tenue à la suite d'une réunion de deux jours portant sur la politique monétaire de la banque centrale. Il s'agissait de la cinquième intervention du genre pour Bernanke, qui a lancé cette pratique il y a un an à des fins de transparence.

La Fed a affirmé que l'économie américaine enregistrait une croissance modérée, mais elle a prévenu que les risques posés par l'Europe subsistaient. L'organisme a décidé de ne prendre aucune nouvelle mesure afin de stimuler la reprise.

Dans un communiqué publié au terme de sa réunion, la Fed a indiqué que le marché de l'emploi s'était légèrement amélioré, mais que le chômage demeurait élevé. Le marché de l'habitation s'est quelque peu amélioré mais il demeure déprimé, a ajouté l'organisme, qui a aussi fait état d'une hausse de l'inflation cependant jugée temporaire.

La Fed a décidé de ne pas déroger à son plan, consistant à maintenir son taux directeur à un niveau près de zéro jusqu'à la fin de 2014, au moins.

La décision prise par la Fed de ne pas modifier sa politique monétaire était largement attendue, de sorte qu'elle n'a exercé que peu d'impact sur les marchés financiers.

Cette décision a été adoptée par neuf voix contre une par le comité de politique monétaire de la Fed, composé de membres du bureau des gouverneurs de l'organisme à Washington et de cinq présidents des 12 banques régionales qui détiennent la Fed.

Comme ce fut le cas lors des deux précédentes réunions de la Fed, Jeffrey Lacker, président de la banque régionale de Richmond, en Virginie, a été le seul à s'opposer au maintien de la date cible de la fin de 2014. M. Lacker ne croit pas que les conditions économiques justifient que les taux demeurent à leurs niveaux actuels pendant aussi longtemps.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.