NOUVELLES
23/04/2012 08:56 EDT | Actualisé 23/06/2012 05:12 EDT

Paris condamne le bombardement de Bentiu (Soudan du Sud) par Khartoum

La France "condamne" le bombardement lundi par les forces armées soudanaises de la ville de Bentiu au Soudan du Sud et appelle au respect des populations civiles, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

"Cette agression sur le territoire du Soudan du Sud est inacceptable en soi et porte le risque d'une nouvelle dégradation de la situation", a déclaré Bernard Valero, porte-parole du Quai d'Orsay, lors d'un point-presse.

Des avions bombardiers soudanais ont lancé lundi un nouveau raid contre Bentiu, capitale de l'Etat pétrolifère sud-soudanais d'Unité, frontalier du Soudan. De fortes explosions ont secoué la localité et plusieurs bombes ont été larguées près d'un pont stratégique et d'un marché proche, tuant au moins un enfant, selon une journaliste de l'AFP.

Ce bombardement intervient au lendemain de l'annonce par l'armée sud-soudanaise de son retrait total de la zone pétrolifère d'Heglig, à la frontière entre les deux Soudan, revendiquée par les deux pays. Juba avait indiqué avoir ordonné ce retrait pour éviter une guerre totale avec Khartoum.

"La France est également préoccupée par le sort des populations civiles qui, d'après les organisations humanitaires, auraient été obligées de fuir par milliers la ville d'Heglig", a poursuivi M. Valero.

Les tensions n'ont cessé de s'aggraver, depuis l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011, entre Khartoum et Juba, autour des zones frontalières contestées et des revenus du pétrole. Des combats opposent les deux armées depuis fin mars dans la zone d'Heglig qui représente la moitié de la production pétrolière soudanaise depuis la partition.

"Nous appelons au respect des populations civiles et de l'accès sans entraves pour les acteurs humanitaires, afin qu'une assistance adéquate puisse être apportée à ces populations", a affirmé le porte-parole.

Paris a réitéré ses appels "à la cessation immédiate des hostilités, à la fin des bombardements par l'aviation soudanaise et à la reprise des négociations sous l'égide de l'Union Africaine", a-t-il dit.

cr/prh/ej

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!