NOUVELLES
23/04/2012 06:09 EDT | Actualisé 23/06/2012 05:12 EDT

La ministre de l'Education rencontre les étudiants québecois en grève

La ministre de l'Education du Québec, Line Beauchamp, a entamé lundi une rencontre avec les trois fédérations étudiantes en grève pour tenter de trouver une solution au plus long mouvement de grève universitaire de l'histoire de la province, a indiqué sa porte-parole.

Cette rencontre qui se poursuivait en milieu d'après-midi avait été rendue possible par un assouplissement de la position de Mme Beauchamp, qui a estimé lundi en milieu de journée que si les étudiants répondaient à son invitation, ils acceptaient du même coup sa condition, à savoir qu'ils observent une trêve dans leurs moyens de pressions.

Environ 170.000 étudiants restent "en grève" depuis début février pour protester contre une hausse prévue de 75% des droits de scolarité sur cinq ans à compter de l'automne.

"Je ne vois qu'un moyen pour instaurer un climat réellement propice à la discussion et à une solution. Ce moyen c'est l'instauration d'une trêve dans le déploiement de gestes de perturbations sociales et économiques, le temps qu'on mène la discussion", avait déclaré la ministre lors d'une conférence de presse.

"Les discussions doivent se mener dans un mode de solutions rapides. Je pense qu'on doit se donner un horizon de 48 heures" pour régler ce conflit sur les droits de scolarité, entré dans sa onzième semaine, avait-elle ajouté.

"A l'évidence, on ne pourra pas empêcher les associations étudiantes de dire: je veux discuter des droits de scolarité", avait reconnu Mme Beauchamp qui avait jusqu'à maintenant refusé d'aborder cette question épineuse au coeur du conflit.

La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) a immédiatement accepté la trêve proposée par la ministre, tandis que la plus radicale, la "Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante" (CLASSE), a affirmé n'avoir prévu aucune action ou manifestation dans les 48 prochaines heures, approuvant ainsi tacitement le dialogue.

Le conflit, marqué depuis le début par la fermeture de dizaines d'institutions et par des manifestations, s'était enlisé dans les dernières semaines avec des affrontements musclés entre policiers et groupes de casseurs.

Les étudiants protestent contre la décision du gouvernement québécois d'augmenter les droits de scolarité de 325 dollars par an pendant cinq ans à compter de l'automne, soit une hausse totale de 1.625 dollars, pour ramener les droits de scolarité à plus de 3.800 dollars par année.

Les frais de scolarité dans la province francophone sont actuellement les moins élevés en Amérique du Nord, mais ils sont plus onéreux que dans nombre de pays européens, selon les données de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

jl-via/gl/ico

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!