NOUVELLES
23/04/2012 09:50 EDT | Actualisé 23/06/2012 05:12 EDT

Fermées depuis le coup d'Etat, les banques ont rouvert en Guinée-Bissau

Les banques bissau-guinéennes, fermées depuis le coup d'Etat du 12 avril, ont rouvert lundi matin sous la protection de militaires, a constaté le correspondant de l'AFP à Bissau.

Les guichets ont ouvert dans un premier temps de 08H00 à 12H00 (locales et GMT). "Les opérations seront prolongées au fur et à mesure que la sécurité sera rétablie", a indiqué à l'AFP Sonago Yapi, responsable de la Banque régionale de solidarité (BRS).

"Le commandement militaire a affecté des hommes pour assurer la sécurité. Nous avons aussi la possibilité d'en demander plus si la situation l'exige", a précisé M. Sonago.

Toute la matinée, de longues files étaient visibles devant les agences bancaires de Bissau, où la pénurie de liquidités se faisait sentir depuis plusieurs jours.

Lundi matin, la compagnie portugaise TAP a repris ses vols entre Lisbonne et Bissau, interrompus après le coup d'Etat. Jeudi, l'armée avait annoncé la réouverture des frontières, fermées le jour du putsch.

La junte a annoncé lundi être réunie avec une "équipe technique" de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), arrivée dimanche à Bissau. Selon un communiqué de l'état-major de l'armée, les discussions visent à trouver une issue à la crise provoquée par le coup d'Etat "par la voie de la paix et du dialogue".

Samedi, la junte s'était dite prête à revoir les modalités de la transition décidées avec l'ex-opposition au régime renversé, qui prévoyaient la suspension des élections pendant deux ans et la nomination d'institutions de transition.

Cet accord avait été vivement condamné par la Cédéao, qui avait également exigé la libération "immédiate et sans condition" du président intérimaire Raimundo Pereira et de l'ex-Premier ministre Carlos Gomes Junior, toujours détenus par l'armée.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait menacé samedi les putschistes et leurs partisans de "sanctions ciblées", une menace reprise à son compte lundi par l'Union européenne qui a exclu de reconnaître "des institutions transitoires auto-proclamées".

aye/alc/aub

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!