NOUVELLES
23/04/2012 02:42 EDT | Actualisé 23/06/2012 05:12 EDT

Deux morts et neuf blessés dans des raids aériens soudanais au Sud-Soudan

L'aviation du Soudan a mené des bombardements au Sud-Soudan, lundi, faisant monter la tension entre les deux pays.

Deux avions de guerre MiG 29 ont largué des bombes sur un marché de la ville de Rubkona, dans l'État d'Unity, faisant deux morts et neuf blessés, a déclaré le colonel Philip Aguer, porte-parole de l'armée sud-soudanaise. Des bombardiers Antonov ont également bombardé la ville d'Abiemnom (État d'Unity) et un gisement de pétrole dans la même région, a précisé le colonel Aguer sans fournir plus de détails. Des combats au sol qui ont débuté dimanche se poursuivaient à Panakuac, Laloba et Teshwin, a-t-il également indiqué.

La communauté internationale a pressé le Soudan et le Sud-Soudan de régler leur différend par le biais de la négociation, incluant une détermination claire des frontières des deux pays et de la propriété des ressources pétrolières.

Le secrétaire-général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné les bombardements soudanais et demandé au gouvernement de Khartoum «de mettre fin aux hostilités immédiatement», a déclaré le porte-parole de l'ONU, Eduardo del Buey.

M. Ban a répété que le litige ne pouvait être résolu par des voies militaires, et pressé le président soudanais Omar al-Bashir et son homologue du Sud-Soudan, Salva Kir, «à mettre fin à cette glissade vers de nouveaux affrontements et... de reprendre de toute urgence le dialogue».

Lors d'une visite à Heglig, le président soudanais Omar el-Béchir a promis lundi de poursuivre sa campagne militaire jusqu'à ce toutes les forces du Sud-Soudan aient été chassées du Nord. De son côté, le porte-parole du gouvernement sud-soudanais Barnaba Marial Benjamin a accusé les forces du Nord de «profiter de notre retrait d'Heglig pour nous bombarder».

Plus tôt lundi, les États-Unis avaient condamné lundi l'incursion soudanaise au Sud-Soudan et appelé à un arrêt immédiat des tirs d'artillerie et bombardements aériens.

«Nous reconnaissons le droit du Sud-Soudan à se défendre mais l'appelons à faire preuve de retenue dans sa réaction à l'attaque du Soudan dans l'État d'Unity», a déclaré Victoria Nuland, porte-parole du département d'État.

Les forces soudanaises ont franchi la frontière dimanche pénétrant sur environ dix kilomètres en territoire sud-soudanais, une incursion qui intervient alors que le Sud-Soudan avait retiré ses forces de la ville pétrolière disputée d'Heglig, vendredi, pour faire baisser la tension.

Le Sud-Soudan s'est séparé du Soudan pour accéder à l'indépendance en juillet dernier, aboutissement d'un traité de paix signé en 2005 qui a mis fin à une longue guerre entre le Nord et le Sud.

Les relations se sont toutefois dégradées entre les deux pays, notamment à cause de différends sur le tracé de leur frontière et le partage des revenus du pétrole de la région frontalière.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!