NOUVELLES
23/04/2012 08:24 EDT | Actualisé 23/06/2012 05:12 EDT

Crise européenne: malgré des appels du pied du FMI, la BCE refuse de bouger

FRANCFORT - Des responsables de la Banque centrale européenne (BCE) luttent contre des appels des États-Unis et du Fonds monétaire international (FMI) pour que l'institution offre plus d'appui aux économies en difficulté des 17 nations qui utilisent l'euro, et aux gouvernements endettés.

Jens Weidmann, le plus haut responsable de la Banque centrale allemande et un membre du conseil d'administration de la BCE qui gère les taux d'intérêts, a déclaré lundi que des gestes comme la réduction des taux d'intérêts et davantage de crédit offert par les banques centrales au système financier n'étaient pas la solution pour régler les problèmes d'endettement des gouvernements nationaux et remettre l'économie sur pied.

Au cours des derniers jours, le FMI, qui prête de l'argent aux pays éprouvant des difficultés financières, et l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), un groupe de pays principalement riches, ont pressé la BCE de s'impliquer davantage pour régler la crise. Lors de la plus récente rencontre du FMI à Washington, le secrétaire américain du Trésor Timothy Geithner a également demandé à la BCE de se joindre aux efforts visant à soutenir les pays alors que ceux-ci adoptent des réformes en faveur de la croissance.

Le président de la BCE Mario Draghi a indiqué vendredi que le conseil de l'institution n'avait pas discuté des mesures proposées par le FMI. Il a ajouté qu'il en revenait désormais aux gouvernements de gérer la crises en équilibrant leurs budgets et en améliorant la croissance et les exportations.

Selon M. Weidmann, les banques centrales européennes en ont déjà fait beaucoup pour contenir la crise. S'exprimant devant l'Economic Club de New York, il a ajouté qu'il était nécessaire de s'assurer qu'en réglant cette crise, les institutions financières doivent s'assurer qu'elles ne préparent pas la suivante.

La BCE a d'ailleurs réduit les taux d'intérêts à un plancher record d'un pour cent, et inondé le marché avec 1300 milliards $ en prêts abordables d'une durée de trois ans.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!