NOUVELLES
23/04/2012 03:05 EDT | Actualisé 23/06/2012 05:12 EDT

Bahreïn: après 11 semaines, un gréviste de la faim serait à l'article de la mort

MANAMA, Bahreïn - Un tribunal bahreïni a entendu lundi les appels logés par les avocats d'un gréviste de la faim et d'autres militants qui contestent les sentences qui leur ont été imposées dans la foulée du soulèvement chiite contre la monarchie sunnite.

Le tribunal a remis la prochaine audience au 30 avril, même si la famille d'Abdulhadi al-Khawaja affirme que sa santé décline rapidement, 11 semaines après le début de son mouvement de protestation.

Les responsables bahreïnis affirment que M. al-Khawaja ne court aucun risque immédiat.

Le dossier de M. al-Khawaja se retrouve au coeur des manifestations antigouvernementales et ajoute à la pression internationale sur les dirigeants de ce petit royaume du golfe Persique. Plus tôt ce mois-ci, le Bahreïn a refusé l'offre du Danemark, qui proposait d'accueillir M. al-Khawaja chez lui.

M. al-Khawaja et sept autres militants chiites ont été condamnés à la prison à vie l'an dernier. Treize autres représentants politiques ont aussi été condamnés et sont touchés par cet appel.

Des organisations humanitaires ont condamné la décision du tribunal bahreïni de reporter l'audience à plus tard, en dépit des appels internationaux en faveur d'un traitement rapide. La fille de M. al-Khawaja affirme que les médecins de son père sont d'avis qu'il n'en a plus que pour deux ou trois jours. Elle a demandé à l'Union européenne d'accroître la pression sur le Bahreïn.

Au moins 50 personnes ont été tuées depuis l'éclatement des troubles populaires, en février 2011. Le plus récent décès serait survenu le week-end dernier, en marge du Grand Prix de Formule Un du Bahreïn. Les funérailles de la victime de 36 ans ont été célébrées lundi, ce qui a donné lieu à de nouveaux affrontements avec la police.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!