NOUVELLES
23/04/2012 12:54 EDT | Actualisé 23/06/2012 05:12 EDT

Bahreïn: affrontements après des obsèques dans un village chiite

Des affrontements ont opposé lundi les forces de sécurité bahreïnies à des protestataires dans un village chiite après les obsèques d'un homme retrouvé mort sur le lieu d'une manifestation, selon des témoins.

Des centaines de personnes ont participé à Bilad Al-Qadim, à l'est de Manama, aux funérailles de Salah Abbas, dont elles ont brandi des photos, chantant: "Par nos âmes, par notre sang nous nous sacrifierons pour le martyr".

Dès la fin des obsèques, des protestataires ont entrepris de bloquer la circulation sur des routes.

Les forces de sécurité sont alors intervenues en faisant usage de gaz lacrymogène et de bombes assourdissantes contre les manifestants, qui ont répliqué en lançant des pierres et des cocktails Molotov, selon les témoins.

Le corps de Salah Abbas, 36 ans, avait été retrouvé samedi sur le lieu d'une manifestation anti-régime qui avait eu dans la nuit à Chakhoura, un village chiite à 4 km à l'ouest de Manama, avait indiqué le Wefaq, principale groupe de l'opposition chiite.

Selon un membre de sa famille, Salah Abbas avait été arrêté par les forces de sécurité alors qu'il participait à la manifestation de Chakhoura.

Salah Abbas avait une fracture au cou et son corps portait des éclats de chevrotine, une munition composée de projectiles multiples, que les forces de sécurité utilisent contre des manifestants, a indiqué le Wefaq lundi dans un communiqué.

Sa mort a coïncidé avec le Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn, un événement sportif de trois jours qui a pris fin dimanche sur fond de controverse.

Des organisations de défense des droits de l'Homme ont critiqué la tenue du Grand Prix à Bahreïn, en pleine crise politique depuis la répression l'an dernier d'un mouvement de contestation animé par des chiites, majoritaires dans ce pays dirigé par une dynastie sunnite.

Selon une commission indépendante, la répression de la révolte en février/mars 2011 avait fait 35 morts, dont quatre sous la torture. Amnesty International estime pour sa part que 60 personnes ont été tuées depuis le début du mouvement.

bur/tm/hj

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!