NOUVELLES
22/04/2012 10:30 EDT | Actualisé 22/06/2012 05:12 EDT

Syrie: 8 militants, dont la blogueuse Ghazzawi, devant une cour militaire (avocat)

Huit jeunes militants arrêtés en février à Damas, dont la blogueuse Razan Ghazzawi, l'un des symboles de la contestation, ont été inculpés et traduits samedi devant la justice militaire, a affirmé dimanche l'avocat des droits de l'Homme Anouar Bounni.

"Les huit militants seront poursuivis par la justice militaire pour publication et distribution de tracts interdits conformément à la clause 148 de la loi pénale militaire". Ils encourent jusqu'à cinq ans de prison, a indiqué M. Bounni.

Les huit jeunes font partie d'une quinzaine de militants, dont le journaliste Mazen Darwich, arrêtés le 16 février à Damas par des membres de services de sécurité qui avaient fait irruption dans le Centre syrien pour les médias et la liberté d'expression, dirigé par M. Darwich.

"Il s'agit d'accusations montées contre des militants pacifiques. Le pouvoir tente par tous les moyens de museler le mouvement de contestation pacifique, en réprimant la liberté d'expression", a dénoncé M. Bounni, directeur du Centre syrien pour les recherches et études judiciaires.

Il a demandé "la libération immédiate des milliers de militants pacifiques détenus, la cessation de la campagne de répression, d'assassinats et d'arrestations, et le retrait des villes de tous les engins militaires".

Par ailleurs, la fille d'un avocat qui défend de nombreux opposants, Yara Chammas a été interrogée dimanche par la justice à Homs (centre) et inculpée pour "propagation d'informations mensongères" et "appartenance à une organisation secrète", a indiqué M. Bounni.

Yara Chammas et son groupe ont été interpellés lors d'un coup de filet dans un café de la capitale syrienne le 7 mars, avait affirmé à l'AFP son père, Michel Chammas.

En outre, quatre personnes ont été arrêtées dimanche par les services de sécurité lors d'un sit-in organisé par une cinquantaine d'étudiants devant la faculté d'économie à Damas. Les manifestants portaient des pancartes appelant à l'"arrêt des tueries".

La Syrie est secouée depuis 13 mois par une révolte populaire violemment réprimée. Selon l'OSDH, les violences ont fait plus de 11.100 morts, en majorité des civils, depuis le début de la révolte.

rm/sbh/sw