NOUVELLES
22/04/2012 05:36 EDT | Actualisé 22/06/2012 05:12 EDT

Le Sud-Soudan dit avoir été attaqué par le Soudan, malgré un retrait militaire

Les forces armées du Soudan ont lancé une attaque, s'enfonçant à plus de neuf kilomètres à l'intérieur des frontières du Sud-Soudan, a rapporté un responsable, dimanche.

Cette attaque survient plusieurs jours après que le Sud eut fait savoir que ses troupes seraient retirées d'une ville frontalière, dans une tentative d'éviter une guerre ouverte entre les deux pays.

Les soldats déployés au Soudan ont lancé trois séries d'attaque, a précisé le directeur adjoint au renseignement militaire du Sud-Soudan, le major-général Mac Paul.

Le corps d'un soldat, de même que deux autres soldats blessés, ont été transportés dans un hôpital, a mentionné le chef de clinique à l'hôpital militaire Rubkona, le Dr Zecharia Deng Aleer. Il a ajouté que ces militaires avaient été transférés depuis Pariang, dans le Sud-Soudan.

Le major-général Mac Paul a indiqué qu'il s'agissait de la première action militaire d'envergure entre les deux armées depuis que le Sud-Soudan avait fait connaître ses intentions de se retirer de la ville frontalière de Heglig.

Les forces du Soudan ont avancé loin sur le territoire de leurs voisins du Sud-Soudan, et ont attaqué avec de l'artillerie et des chars, a-t-il ajouté. Le major-général a affirmé qu'une telle attaque faisait partie d'une «provocation continue de l'Armée soudanaise». Selon lui, le Soudan a également eu recours aux services de milices dans l'attaque.

Le Soudan et le Sud-Soudan se sont affrontés à maintes reprises au cours des deux dernières semaines dans les environs de Heglig, un territoire revendiqué par les deux parties. Heglig accueille par ailleurs d'importantes installations pétrolières, qui fournit environ la moitié du pétrole du Soudan.