NOUVELLES
22/04/2012 02:12 EDT | Actualisé 21/06/2012 05:12 EDT

Israël: divergences au gouvernement sur la colonisation en Cisjordanie

Le gouvernement israélien est apparu divisé dimanche sur la colonisation en Cisjordanie, en particulier à propos d'implantations sauvages dont la justice a ordonné le démantèlement.

"On ne peut pas remettre en question le fait que des familles juives vivent avec le soutien de l'Etat depuis dix ans dans leurs maisons, sous prétexte qu'il y a soudainement des doutes concernant la propriété des parcelles sur lesquelles elles ont été construites", a affirmé dimanche à la radio publique le ministre de l'Environnement, Gilad Erdan.

Il faisait référence à une trentaine de maisons construites sans autorisation dans la colonie sauvage d'Ulpana, adjacente à l'implantation de Beit El près de Ramallah (Cisjordanie), qui doivent en principe être démolies avant la fin du mois selon un arrêt de la Cour supérieure de Justice.

Selon M. Erdan, cette destruction doit être reportée, car elle est "inacceptable pour l'opinion israélienne". "Une solution légale peut être trouvée", a-t-il assuré.

M. Erdan, un proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a estimé que "les questions sensibles liées à la colonisation devraient relever d'une commission interministérielle, et non du ministre de la Défense", Ehud Barak, chef du parti Atzmaout (centre-droit, 5 députés).

"S'il s'avère que les maisons (d'Ulpana) ont été érigées sur un terrain privé (palestinien), il n'y aura semble-t-il pas d'autre possibilité que de les évacuer. On pourra les construire (ces maisons) sur un autre site disponible, si nécessaire", a déclaré M. Barak dimanche à la radio publique.

Le ministre de l'Industrie, Shalom Simhon (Atzmaout), a affirmé que sa formation ne voulait "pas créer une crise gouvernementale artificielle", mais que la loi devait être appliquée.

Selon les médias locaux, le ministre des Affaires stratégiques, Moshé Yaalon, un "dur" du Likoud, le parti de M. Netanyahu, a assuré samedi qu'un démantèlement d'Ulpana pourrait faire voler en éclats la coalition gouvernementale.

"Ce débat interne du gouvernement prouve en fait qu'il cherche à ne pas appliquer" l'ordre de démantèlement du quartier, a dénoncé la porte-parole du mouvement israélien anti-colonisation La paix maintenant, Hagit Ofran.

chw/fc