NOUVELLES
22/04/2012 12:04 EDT | Actualisé 22/06/2012 05:12 EDT

Des musulmans attaquent un centre protestant au Soudan (pasteur)

Une foule de musulmans a détruit un centre religieux protestant à Khartoum, a déclaré son pasteur dimanche, dans un climat d'exaltation nationaliste après que le Soudan a affirmé avoir libéré une zone pétrolière occupée par le Soudan du Sud.

Le pasteur Youssif Matar Kodi a déclaré à l'AFP que des centaines de personnes, principalement des extrémistes islamistes, avaient attaqué samedi matin la ferme et le centre de formation dirigés par l'église évangélique presbytérienne du Soudan.

"Ils ont brûlé des bibles et mis le feu au centre de formation des évêques, ainsi qu'aux résidences des étudiants", a-t-il poursuivi.

Trois salles de prière ont également été incendiées, et des bulldozers ont pénétré dans la ferme pour arracher des arbres, selon le pasteur.

"La plupart d'entre eux étaient des extrémistes islamistes", a-t-il déclaré. "Ce sont les seules personnes à faire de telles choses", a-t-il poursuivi.

Le Soudan, en majorité musulman, traverse actuellement une phase de vives tensions avec le Soudan du Sud principalement chrétien et animiste, au sujet de la région frontalière et riche en pétrole de Heglig.

De telles attaques de lieux religieux sont très rares au Soudan, mais le pasteur Kodi a estimé que celle-ci était liée à l'annonce vendredi par le gouvernement que les forces de Khartoum avaient repoussé celles du Soudan du Sud qui occupaient Heglig depuis dix jours.

Le Sud en revanche a affirmé que les soldats s'étaient retirés sur ordre, sans être battus.

Quelle qu'en soit la raison, l'annonce que le Soudan avait récupéré son plus important champ pétrolier a déclenché des scènes de liesse à Khartoum, de nombreuses personnes descendant dans les rues en scandant "Allah-O-Akbar" (Dieu est le plus grand).

Des imams à travers la ville ont présenté les efforts pour reprendre Heglig comme une guerre sainte, selon des témoins.

Le pasteur a déclaré que son église possédait le terrain depuis un siècle mais que les autorités avaient fait savoir il y a un mois qu'elles voulaient le récupérer pour en faire un jardin et un terrain de jeu.

"Puis vendredi dernier l'imam de la mosquée la plus proche a appelé dans son prêche les gens à se mobiliser samedi pour prendre cette terre à l'église", a-t-il ajouté.

Un avocat de l'église, Abdelmoneim Adam, a déclaré qu'il avait demandé une enquête sur cette attaque.

Le pasteur Kodi a pour sa part souligné que son église, l'une des plus importantes du Soudan, avait attiré beaucoup de gens originaires du Soudan du Sud.

Toutefois, de même que beaucoup d'autres personnes appartenant à d'autres églises chrétiennes, la plupart de ses fidèles sont repartis au Sud depuis son indépendance en juillet 2011.

str-it/cr/lap