NOUVELLES
17/04/2012 08:05 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Salam Fayyad pas certain de rencontrer Netanyahu (responsable palestinien)

Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a des "réserves" sur sa participation à une rencontre mardi avec le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu, a-t-on appris de source proche de M. Fayyad.

"M. Fayyad a des réserves concernant une rencontre avec M. Netanyahu", a déclaré à l'AFP cette source qui a requis l'anonymat et n'a pas donné d'autres détails.

Des médias israéliens ont évoqué mardi la possibilité que M. Fayyad ne participe pas à la rencontre avec M. Netanyahu à Jérusalem.

Une délégation palestinienne doit remettre mardi au Premier ministre israélien une lettre du président Mahmoud Abbas le mettant en demeure de revenir aux bases du processus de paix bloqué depuis l'automne 2010.

Des responsables israéliens ont confirmé la tenue d'une réunion mardi entre MM. Netanyahu et Fayyad, mais sans en préciser ni le lieu ni l'heure. Le bureau de M. Fayyad n'a en revanche jamais confirmé officiellement sa participation.

Mardi matin, le ministre israélien de la Défense Ehud Barak avait affirmé à la radio militaire que M. Fayyad avait des "réserves" sur sa présence à une telle rencontre.

"M. Fayyad a quelques réserves sur sa participation à la réunion mais lui ou ses représentants vont remettre la lettre clarifiant la position palestinienne", a expliqué M. Barak, qui parlait de Colombie où il effectue une visite officielle.

M. Barak a suggéré que les réticences de M. Fayyad provenaient d'un désaccord sur la collecte des impôts et taxes que prélève Israël avant de les transférer à l'Autorité palestinienne de Ramallah.

Un responsable palestinien a toutefois démenti que "les réserves" de M. Fayyad soient liées au dossier fiscal.

L'objet de la rencontre vise, pour les Palestiniens, à placer M. Netanyahu face à ses responsabilités dans l'enlisement des pourparlers de paix.

Le président Abbas a néanmoins écarté la plus lourde menace à sa disposition, la dissolution pure et simple de l'Autorité palestinienne, à la suite notamment d'intenses pressions de l'administration américaine qui a parrainé la brève reprise des négociations en septembre 2010.

bur-hmw-jlr/agr/cco