NOUVELLES
17/04/2012 11:53 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Putsch en Guinée-Bissau: le Cap-Vert se dote d'un "cabinet de crise"

Le gouvernement cap-verdien a créé un "cabinet de crise" pour suivre la situation en Guinée-Bissau, où des militaires ont pris le pouvoir le 12 avril, a annoncé mardi à la presse à Praia le Premier ministre cap-verdien, José Maria Neves.

M. Neves s'exprimait à l'issue d'une "réunion d'urgence" avec le président cap-verdien Jorge Carlos Fonseca sur la situation en Guinée-Bissau, dont plusieurs responsables politiques ont été arrêtés par les putschistes.

Le gouvernement a créé "un cabinet de crise" qui a analysé la situation mardi matin et va continuer de suivre la situation en Guinée-Bissau, a-t-il dit, sans fournir de détails sur ce cabinet, et sur sa réunion avec M. Fonseca.

"A l'heure actuelle, il y a une évolution positive. Nous espérons que le dialogue se poursuivra et qu'il y aura un lien fort entre la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), l'Union africaine (UA) et la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour obtenir le retour du pouvoir aux autorités légitimes, et que la Guinée-Bissau reprendre le chemin de la paix, de la stabilité, de la démocratie et du développement", a déclaré José Maria Neves.

Il a réclamé la libération des responsables arrêtés.

Le Cap-Vert est prêt à apporter à la Guinée-Bissau une assistance humanitaire dans le domaine de la protection civile, a-t-il dit, en précisant toutefois: "J'espère que cela ne sera pas nécessaire". Il a aussi indiqué que l'archipel est prêt à recevoir en cas de besoin d'éventuels réfugiés bissau-guinéens.

Les deux pays sont liés par une histoire commune et ont mené ensemble, sous la bannière du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), leur lutte pour l'indépendance obtenue du Portugal en 1974 pour la Guinée-Bissau, l'année suivante pour le Cap-Vert.

Moins de dix ans plus tard, les divergences au sein du PAIGC ont conduit à la scission en deux partis distincts et mis fin au projet d'une fédération commune.

ab/cs/stb/sba