NOUVELLES
17/04/2012 03:29 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Pétrole: le président Barack Obama veut freiner la «spéculation»

WASHINGTON - Le président américain Barack Obama a demandé au Congrès, mardi, de donner aux organismes de réglementation du marché du pétrole le pouvoir dont ils ont besoin pour contrer la manipulation des prix par les spéculateurs.

Il s'agit de la plus récente réponse formulée par la Maison-Blanche en réaction aux attaques répétées lancées par des républicains déterminés à tirer profit du cours élevé du carburant à la pompe, en cette année électorale.

M. Obama souhaite voir le Congrès renforcer la supervision fédérale des marchés pétroliers et accentuer les peines imposées pour une manipulation du marché. Le président veut aussi permettre aux organismes de réglementation d'augmenter le montant d'argent que les négociateurs de produits énergétiques doivent déposer en appui à leurs transactions.

M. Obama a déclaré qu'il est intolérable que des «spéculateurs» puissent empocher des millions de dollars aux dépens des consommateurs américains.

Cette proposition d'une valeur de 52 millions $ US du président Obama ne devrait pas avoir d'impact immédiat sur les prix à la pompe. Elle vise davantage à le distancer des républicains, qui eux cherchent à limiter le pouvoir des agences fédérales, et à les placer sur la défensive en ciblant l'impact de Wall Street sur le cours du pétrole.

Au coeur du débat se retrouve le rôle de plus en plus important joué par les régimes de retraite, les fonds communs de placement, les fonds spéculatifs et autres investisseurs qui se tournent vers les contrats de pétrole à terme standardisés. Ces investisseurs misent pour la plupart sur une hausse des cours du pétrole, et les analystes croient que cela pousse possiblement les prix à la hausse.