NOUVELLES
17/04/2012 02:49 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Présidentielle française: Hollande rassemble la famille socialiste à Lille

LILLE, France - À cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle française, le candidat socialiste François Hollande a convié ses partisans, mardi, à un grand rassemblement à Lille, en présence de la mairesse de la ville, Martine Aubry, première secrétaire du Parti socialiste.

«C'est vraiment le "meeting" de l'unité de toute la famille socialiste, avec la volonté de jeter toutes nos forces dans la bataille», a déclaré l'un des porte-parole de François Hollande, Bernard Cazeneuve, à l'Associated Press.

Un groupe de rock a fait résonner sa musique dans le grand palais où étaient rassemblés des milliers de sympathisants munis de drapeaux et de ballons distribués par l'équipe de campagne.

«C'est une tradition socialiste de finir, ou presque, la campagne du premier tour dans le Nord-Pas-de-Calais, à Lille», a souligné Delphine Batho, une autre porte-parole du candidat.

La mairesse de Lille et première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a salué la «force tranquille» de François Hollande.

«On a besoin de toi, François, à la tête de la République française», a lancé l'ancienne finaliste des primaires socialistes.

«À cinq jours d'une élection qui peut tout changer en faisant de notre candidat François Hollande le prochain président de la République française», la dirigeante du Parti socialiste a mené une attaque en règle contre le président Nicolas Sarkozy, qui brigue un second quinquennat.

Le «travailler plus pour gagner plus» de sa campagne de 2007 s'est transformé en «chômer plus et toucher moins», a-t-elle accusé.

Martine Aubry a aussi tourné en dérision «l'usine à promesses» du président-candidat. «C'est l'une des rares usines qui ne ferment pas» sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a-t-elle lancé.

Les anciens premiers ministres socialistes Lionel Jospin et Laurent Fabius se trouvaient dans l'assistance, ainsi que le chef du gouvernement belge, Elio di Rupo, dont la présence a été très applaudie.