NOUVELLES
17/04/2012 04:53 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Projet d'attentat à New York: un ancien complice évoque des "cibles"

Voyage au Pakistan, discussion sur des "cibles" potentielles: un ancien complice a témoigné à charge mardi dans le procès d'un Américain né en Bosnie, jugé à New York pour avoir selon l'accusation projeté en 2009 des attentats dans le métro de New York.

Devant le tribunal fédéral de Brooklyn, Najibullah Zazi, 26 ans, d'origine afghane et considéré comme le "cerveau" du groupe de trois anciens amis de lycée du Queens, a raconté qu'ils s'étaient rendus au Pakistan en 2008, espérant pouvoir se rendre en Afghanistan.

Mais ils y avaient rencontré un responsable d'Al-Qaïda qui les avaient convaincus de retourner aux Etats-Unis pour y commettre des attentats, a-t-il précisé.

"Nous avions commencé la conversation en discutant de cibles comme (les hypermarchés) Walmart, la bourse de New York, Times Square, le métro, des cinémas. Je crois que nous avions aussi parlé de bus", a-t-il déclaré.

C'était la première fois que Zazi, qui a plaidé coupable en février 2010 et attend de connaître la durée de sa peine, témoignait depuis son arrestation.

Espérant une peine moins lourde, il a accepté de témoigner à charge contre son ancien ami Adis Medunjanin, 27 ans, qui a lui plaidé non coupable et risque la prison à vie.

Le troisième homme, Zarein Ahmedzay, a également plaidé coupable en 2010.

Zazi a également expliqué qu'il avait compris de son contact au Pakistan qu'il lui "demandait de rentrer et de devenir un martyr, d'utiliser des explosifs et de donner votre vie".

Zazi avait été arrêté en septembre 2009 un mois après avoir affirmé à son contact d'Al-Qaïda que le projet d'attentat suicide était opérationnel, selon l'accusation.

Il avait durant l'été acheté des litres d'acetone et d'eau oxygénée dans la région de Denver (ouest). Il avait été arrêté après avoir voyagé de Denver à New York avec un détonateur et ces produits, selon la même source.

Zazi avait abandonné le projet après qu'un informateur l'eut prévenu qu'il était sous surveillance.

Selon l'accusation, les attentats n'ont été stoppés que "quelques jours" avant leur mise en oeuvre.

"Trois hommes étaient prêts à se fixer des bombes au corps et à pénétrer dans des wagons de métro pleins de gens innocents", avait affirmé lundi à l'ouverture du procès le procureur James Loonam.

L'avocat de l'accusé, Robert Gottlieb, a affirmé à l'inverse que son client n'était pas un terroriste, seulement un musulman qui voulait aller en Afghanistan car il était outré par ce qu'y faisaient les troupes américaines.

"M. Medunjanin n'a jamais eu l'intention de faire sauter des bombes dans le métro de New York", a-t-il affirmé.

sms/bd/eg