NOUVELLES
17/04/2012 04:49 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Ontario: le NPD propose une nouvelle loi contre les produits du tabac aromatisés

TORONTO - L'Ontario doit élargir son interdiction des produits du tabac aromatisés parce que l'industrie a réussi à trouver une faille dans une loi adoptée par l'Assemblée législative ontarienne en 2010 avant même qu'elle n'entre en vigueur, a déclaré mardi la députée néo-démocrate France Gélinas.

Le projet de loi présenté à l'époque par Mme Gélinas, porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l'Ontario en matière de santé, pour bannir les cigarillos aromatisés précisait que ces derniers étaient pourvus d'un filtre et contenaient un certain pourcentage de tabac. Selon la députée, les entreprises ont simplement retiré le filtre et augmenté la teneur en tabac afin de contourner la loi.

Mme Gélinas a affirmé qu'il était difficile de voir la différence entre les deux types de cigarillos mais que, aux yeux de la loi, il en existe une, puisque l'un était illégal et l'autre était vendu 1,25 $ partout dans la province.

Afin de remédier à la situation, France Gélinas a proposé mardi une nouvelle loi à la portée plus large que la première, qui interdirait aux compagnies de lancer d'autres saveurs ou de nouveaux produits.

Les militants antitabac accusent l'industrie non seulement d'utiliser les cigarettes aromatisées pour attirer les jeunes, mais aussi de sortir des nouveautés à base de tabac, comme des pastilles, des bâtonnets et des bandes dissolvantes.

La ministre ontarienne de la Santé, Deb Matthews, est demeurée vague au sujet du nouveau projet de loi de Mme Gélinas, mais elle a assuré que le gouvernement libéral de l'Ontario souhaitait réduire le nombre de fumeurs dans la province.

«Nous sommes ouverts à cette proposition», a indiqué la ministre devant les médias. «Nous allons l'examiner et prendre une décision, mais l'un des buts de notre plan d'action est de continuer à faire baisser le taux de tabagisme.»

D'après France Gélinas, les fabricants des produits du tabac aromatisés croient qu'on devrait plutôt s'en prendre à la vente de tabac illégal.

Par contre, d'autres entreprises, comme Imperial Tobacco, sont en faveur de son nouveau projet de loi parce qu'elles ne fabriquent pas ce genre de produits et qu'elles craignent de perdre leurs parts de marché.

«On se fait de drôles d'amis dans cette industrie», a conclu à la blague la députée néo-démocrate.