NOUVELLES
17/04/2012 01:16 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Mali: M. Cissé arrêté, preuve que l'ex-junte veut garder le pouvoir (proches)

L'arrestation mardi à Bamako de Soumaila Cissé, ancien ministre malien et ex-dirigeant de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa), "traduit clairement la volonté de la junte de ne point céder le pouvoir aux civils", a affirmé son cabinet.

"Cette arrestation traduit clairement la volonté de la junte de ne point céder le pouvoir aux civils et remet fortement en cause l'accord signé (par la junte) avec la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao)" le 6 avril, indique le cabinet de M. Cissé dans un communiqué transmis à l'AFP à Dakar.

Cet accord prévoyait le retrait des militaires qui ont renversé le président Amadou Toumani Touré (ATT) le 22 mars, et la mise en place d'institutions de transition jusqu'à l'organisation d'élections à une date non précisée.

Le cabinet de l'ex-ministre et candidat à la présidentielle prévue le 29 avril, annulée de facto par le putsch, affirme que mardi matin, "des hommes armés et habillés de tenues militaires ont attaqué le domicile de Soumaila Cissé, qu'ils ont arrêté et amené de force au camp de Kati, quartier général de la junte au pouvoir" près de Bamako.

"Ces hommes ont fracassé les portes, blessé Soumaila Cissé, le gardien et un de ses neveux, avant de vandaliser la maison", ajoute le communiqué qui rappelle que "c'est la deuxième fois, en trois semaines, que la junte s'attaque physiquement à Soumaila Cissé".

M. Cissé "a catégoriquement rejeté le putsch et exigé de façon claire et soutenue le rétablissement de l'Etat de droit. N'ayant reçu aucune sympathie de sa part, il est devenu pour la junte le principal ennemi à abattre", affirme son cabinet.

"Nous tenons pour responsables la junte et ses alliés de tout ce qui peut arriver à Soumaila Cissé", ajoute le texte qui appelle la médiation burkinabé dans la crise malienne, la Cédéao et l'Union africaine (UA) à "garantir la sécurité de tous les détenus politiques et le rétablissement de l'Etat de droit".

Outre M. Cissé, plusieurs hommes politiques et des chefs militaires proches de l'ancien régime d'ATT ont également été arrêtés depuis lundi soir. Parmi eux figure Modibo Sidibé, ancien Premier ministre d'ATT de 2007 à 20011.

stb/alc/sba