NOUVELLES
17/04/2012 11:47 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis dévoilent une nouvelle approche dans la lutte anti-drogue

La Maison Blanche a dévoilé mardi une nouvelle politique en matière de lutte anti-drogue ne reposant plus sur de lourdes peines de prison mais sur la prévention et le traitement.

La nouvelle approche considère l'addiction aux drogues comme une maladie pouvant être traitée plutôt que comme un acte criminel, ont indiqué des responsables américains.

"C'est vraiment une révolution", en matière de lutte anti-drogue, a assuré Gil Kerlikowske, directeur du National Drug Control Center, lors d'une conférence de presse, ajoutant que la nouvelle "stratégie met l'accent sur l'importance de soutenir les efforts destinés à prévenir l'usage de la drogue".

"Il y a vraiment de quoi être optimistes sur le fait que les efforts consentis avec cette réforme vont réduire et continuer à réduire l'usage de la drogue et ses conséquences sur la société", a assuré M. Kerlikowske.

L'administration compte ainsi désormais mettre un terme aux incarcérations massives de personnes consommant de la drogue et promouvoir au contraire une approche plus équilibrée entre santé et sécurité.

Cette annonce intervient à seulement quelques jours du sommet des Amériques, à Carthagène, en Colombie, au cours duquel les dirigeants qui y participaient sont tombés d'accord pour examiner les alternatives à la répression prônée par les Etats-Unis dans une région où le trafic a fait des dizaines de milliers de victimes en 40 ans.

Les 31 chefs d'Etat et de gouvernement présents au sommet, dont le président américain Barack Obama, ont donné un mandat à l'Organisation des Etats américains (OEA) pour mener une enquête inédite dans ce domaine. M. Obama, dont le pays est le premier consommateur de drogue au monde, a jugé ce débat "totalement approprié" même s'il a clairement rejeté la proposition controversée d'une dépénalisation des drogues.

sg/sf/rap