NOUVELLES
17/04/2012 03:52 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Le président haïtien soigné en Floride pour un caillot sanguin au poumon

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Le président d'Haïti, Michel Martelly, est soigné en Floride pour un caillot sanguin au poumon causé par une précédente opération, a déclaré l'un de ses conseillers mardi.

Damian Merlo a expliqué que M. Martelly avait pris un vol régulier à destination de la Floride lundi soir sur les conseils d'un médecin, après avoir éprouvé des douleurs à la poitrine.

M. Martelly se rétablit dans un hôpital de Miami, a indiqué M. Merlo. Il a refusé de préciser le nom de l'hôpital pour des raisons de sécurité.

Selon M. Merlo, le président haïtien, qui est âgé de 51 ans, se porte bien et se repose.

Le problème dont M. Martelly a souffert est un effet secondaire d'une opération qu'il a subie il y a deux semaines à l'épaule droite, d'après son conseiller. Les médecins du président l'ont incité à annuler sa participation au sixième Sommet des Amériques le week-end dernier à Carthagène, en Colombie.

Les douleurs à la poitrine sont un symptôme courant de l'embolie pulmonaire, qui se manifeste par un caillot de sang au poumon, des palpitations et des difficultés à respirer. Des cas plus graves peuvent se solder par la mort de la personne.

Le jour même où M. Martelly a reçu son diagnostic de caillot sanguin, une cinquantaine d'hommes en uniformes affirmant être d'anciens membres de l'armée haïtienne aujourd'hui dissoute — et dont certains portaient des armes —, ont pénétré dans l'enceinte du Parlement. Les députés s'y étaient rencontrés pour discuter de la nomination d'un premier ministre. On ignorait mardi si ces hommes avaient réussi à entrer dans le bâtiment.

Ils ont demandé à parler à des députés à propos d'éventuels plans de les expulser des anciennes bases militaires de la capitale et de la campagne haïtienne. Les hommes ont par la suite quitté les lieux sans incident.

Le séjour médical de M. Martelly survient plusieurs jours après que des ministres dominicain et haïtien eurent accusé un militaire dominicain à la retraite et son complice haïtien d'avoir tenté un coup d'État contre le président. Des représentants des États voisins ont qualifié d'absurde ces allégations.