NOUVELLES
17/04/2012 12:31 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

La Turquie critique la gestion de la crise par la France et l'Allemagne

Le ministre de l'Economie turc a critiqué mardi à Washington la gestion de la crise de la dette en zone euro, mettant nommément en cause la chancelière allemande Angela merkel et le président français Nicolas Sarkozy.

Zafer Caglayan a souligné que la croissance turque devrait atteindre en 2012 un peu plus de 4%, soit moitié moins qu'en 2011: cette croissance moindre "est due à la crise économique en Europe, qui n'a pas été gérée correctement", a-t-il assuré.

"L'Europe fait face à de graves problèmes économiques et deux dirigeants européens, la chancelière allemande (Angela) Merkel et le président français (Nicolas) Sarkozy n'ont malheureusement pas montré la fermeté nécessaire" pour les affronter, a poursuivi M. Caglayan.

"Ils n'ont pas su empêcher cette crise", a-t-il conclu.

Le processus de négociations entre Ankara et l'UE pour l'adhésion éventuelle de la Turquie à l'Union piétine, avec seulement 13 des 35 chapitres jalonnant la négociation ouverts.

La France, l'Allemagne, mais aussi l'Autriche, sont réticentes à une pleine adhésion et soutiennent l'idée d'un partenariat.

La Turquie a souffert en 2011 du soulèvement en Syrie, un de ses voisins méridionaux, qui a perturbé leurs relations commerciales, ainsi que des tensions internationale avec l'Iran, qui ont débouché sur une chute de 20% de ses exportations vers la République islamique.

Face à la menace de sanctions américains, M. Caglayan a toutefois assuré que son pays "travaillait à importer du pétrole d'autres pays" que d'Iran.

L'énergie représente environ un quart des importations turques et l'Iran est un de ses principaux fournisseurs.

arb/mdm/sl/gde