NOUVELLES
17/04/2012 12:20 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

La Syrie bloque un accord sur les conditions de travail des observateurs (diplomates)

Les observateurs de l'ONU n'ont pas encore obtenu l'accord du gouvernement syrien sur un "protocole" définissant les modalités pratiques de leur mission, ce qui risque de compromettre le suite de l'opération, ont indiqué des diplomates mardi.

Ce protocole doit permettre à ces premiers observateurs, au nombre de huit désormais, de circuler dans tout le pays.

Si la situation ne se débloque pas avant la fin de la semaine, "nous ne passerons pas à l'étape suivante qui est d'autoriser la mission complète (de 250 hommes environ) à se déployer", a affirmé un diplomate du Conseil de sécurité.

Le Conseil doit adopter une nouvelle résolution pour autoriser le déploiement complet de la mission, après avoir autorisé samedi dernier l'envoi d'une mission préliminaire.

"Les conditions que nous voulons et dont nous avons besoin pour déployer efficacement le reste des observateurs ne sont pas remplies pour le moment", a déclaré à la presse l'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice.

"La situation ne s'améliore pas, les violences continuent, le bombardement de Homs semble s'intensifier", a-t-elle noté.

"Si la situation sur le terrain n'est pas stabilisée, si le gouvernement ne respecte pas ses engagements et que la violence augmente, il sera très difficile au Conseil d'envoyer des observateurs non armés dans une guerre ouverte", a déclaré par ailleurs Mme Rice dans une entretien avec CNN.

"Je pense qu'il y a un risque que les Syriens n'acceptent pas toutes les conditions" nécessaires au bon déroulement de la mission, a estimé le diplomate du Conseil. "Nous y verrons plus clair d'ici la fin de la semaine".

"Il semble que les Syriens fassent délibérément de l'obstruction", a estimé un autre diplomate.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon doit rendre compte mercredi au Conseil du travail des premiers observateurs et le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, doit s'adresser au Conseil avant la fin de la semaine.

Ban Ki-moon a exhorté mardi le gouvernement syrien à garantir une liberté totale de mouvement à la mission d'observateurs et suggéré que l'UE fournisse des hélicoptères ou des avions à la future mission de supervision du cessez-le-feu en Syrie.

"C'est la responsabilité du gouvernement syrien que de garantir la liberté d'accès et la liberté de mouvement dans le pays" aux observateurs de l'ONU, a souligné M. Ban en marge d'une visite officielle au Luxembourg.

Les observateurs arrivés dimanche "devraient être autorisés à se déplacer librement dans n'importe quel endroit pour y être en mesure d'observer la fin des violences", a-t-il souligné.

avz/eg