NOUVELLES
17/04/2012 01:27 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Johnson & Johnson voit ses profits grimper malgré un léger déclin des ventes

NEW BRUNSWICK, États-Unis - Johnson & Johnson (NYSE:JNJ) a indiqué mardi que ses profits ont grimpé de 12,5 pour cent au premier trimestre, alors que des dépenses moindres dans la recherche, les ventes et l'administration ont plus que contrebalancé le léger déclin des ventes attribuable à la concurrence des médicaments génériques.

Le géant américain des soins de santé a fait état de profits nets de 3,91 milliards $, ou 1,41 $ par action, en hausse par rapport à un bénéfice de 3,48 milliards $, ou 1,25 $ par action pour la période correspondante de l'année précédente.

En excluant les coûts reliés à une acquisition à venir et une appréciation sur les taux de change, l'entreprise a engrangé 3,8 milliards $, ou 1,37 $ par action.

Ses revenus ont glissé de 0,2 pour cent, à 16,14 milliards $, comparativement à 16,7 milliards $ un an plus tôt.

Ainsi, les profits de Johnson & Johnson ont surpassé les attentes des analystes, tandis que les revenus ont été inférieurs aux projections. Selon FactSet, les observateurs s'attendaient à un bénéfice net de 1,35 $ par action et des ventes de 16,28 milliards $.

La société américaine a aussi augmenté ses prévisions de profits pour l'année de deux cents, entre 5,07 $ et 5,17 $ par action, excluant les éléments non récurrents.

Les revenus des médicaments sous ordonnance ont crû de 1,2 pour cent, à 6,13 milliards $. Les ventes de nouveaux médicaments ont compensé les ventes moindres de deux produits faisant face depuis le printemps dernier à une concurrence des génériques, soit le Levaquin contre des infections graves et le Concerta traitant les troubles de déficit d'attention.

L'entreprise a été ébranlée par près de 30 rappels depuis septembre 2009 pour des produits Tylenol et d'autres médicaments sans ordonnance, en plus de la défectuosité d'implants pour les hanches.

Johnson & Johnson opère sous une surveillance accrue du gouvernement et a été forcée de reconstruire en entier une usine en banlieue de Philadelphie.