NOUVELLES
17/04/2012 08:31 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Expropriation d'YPF: le FMI déplore que l'Argentine soit "imprévisible"

Le Fonds monétaire international a déploré mardi que l'Argentine soit "imprévisible", au lendemain de l'annonce par la présidente Cristina Kirchner de l'expropriation partielle de la compagnie pétrolière YPF, contrôlée par l'espagnol Repsol.

"Je pense qu'il y a eu une certaine détérioration du climat pour les investisseurs en Argentine ces quelques dernières années", a affirmé lors d'une conférence de presse à Washington Thomas Helbling, un économiste du FMI interrogé sur cette décision de l'Argentine.

"C'est déjà inclus dans nos prévisions", a-t-il ajouté. Le FMI prédit une croissance dans le pays de 4,2% cette année et 4,0% en 2013.

"En général, les interventions à la discrétion du gouvernement qui empirent le climat, qui le rendent plus imprévisible, n'aident par l'investissement et la croissance de long terme", a déclaré M. Helbling.

L'Argentine refuse depuis 2006 la venue d'une mission d'évaluation économique annuelle du FMI, institution qu'elle voit comme l'un des responsables du chaos économique et social de 2001-2002. Elle est le seul pays du G20 à le faire.

Buenois Aires a cependant accepté en 2010 la venue d'économistes du Fonds pour regarder en détail la conception des statistiques d'inflation, très critiquées à l'intérieur du pays. Bien que le FMI ait constaté des problèmes, le gouvernement n'y a pour l'instant pas remédié.

hh/sl/rap