NOUVELLES
17/04/2012 06:37 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Des étudiants sud-soudanais expulsés de l'école de police au Soudan (ministre)

Le Soudan a renvoyé des étudiants sud-soudanais de l'école de police de la capitale Khartoum après que ces derniers se sont réjouis de l'occupation par leur pays d'une province disputée, riche en pétrole, a indiqué mardi le ministre de l'Intérieur soudanais.

"Nous avons renvoyé des étudiants sudistes de l'école de police car ils ont pris part à des célébrations après l'occupation de Heglig", zone contestée dans l'Etat du Kordofan-Sud, dont l'armée sud-soudanaise a pris le contrôle la semaine dernière, a déclaré le ministre Ibrahim Mahmoud Ahmed au Parlement, sans préciser le nombre de personnes expulsées.

"Dans la résidence des femmes, je n'ai vu aucune célébration mais peut-être que cela a eu lieu dans la résidence des hommes", a déclaré une étudiante expulsée sous couvert d'anonymat.

Les relations entre Khartoum et Juba sont tendues depuis l'indépendance du Sud en juillet, les deux pays ne parvenant pas à régler les questions restées en suspens: tracé de la frontière, partage des revenus pétroliers, statut de la province frontalière d'Abyei.

Les deux armées se sont directement affrontées pour la première fois fin mars lors d'une première incursion sud-soudanaise dans la zone de Heglig, revendiquée par les deux pays, mais occupée de longue date par l'armée soudanaise.

La situation s'est ensuite envenimée quand l'armée sud-soudanaise a pris le contrôle le 10 avril de Heglig, qui renferme la moitié des réserves pétrolières du Soudan.

Suite à l'indépendance du Soudan du Sud, Khartoum avait donné jusqu'au 9 avril à environ un demi-million de Sud-Soudanais pour retourner dans le Sud ou régulariser leur situation dans le Nord. Les étudiants sont autorisés à rester pour leurs études.

str-it/lap/cco