NOUVELLES
17/04/2012 03:00 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Décrets contestés: des élus annoncent une action en justice contre Obama

Les républicains du Sénat américain ont annoncé mardi qu'ils allaient entamer une action en justice visant Barack Obama, à qui ils reprochent d'avoir signé des décrets de nomination pendant les congés parlementaires, une pratique qu'ils jugent "anticonstitutionnelle".

"Nous avons eu au sein du groupe républicain (du Sénat) de nombreuses discussions à propos de la meilleure réponse à donner à l'action anticonstitutionnelle du président", a dit à la presse mardi le chef de la minorité républicaine Mitch McConnell.

"Nous avons conclu que la meilleure option était de saisir la justice", a dit le chef républicain, qui a annoncé avoir demandé à l'avocat conservateur Miguel Estrada de s'en charger.

"Tous les sénateurs devraient comprendre que le Sénat doit décider quand il est en session, et non le président", a renchéri le sénateur Roy Blunt.

En janvier, M. Obama avait nommé par décret en l'absence du Congrès, plusieurs hauts responsables, dont Richard Cordray à la tête du nouveau Bureau de protection financière des consommateurs (CFPB). Ces nominations avaient provoqué la colère des républicains.

Ces derniers ne voulaient pas de M. Cordray, un démocrate qui s'est illustré en poursuivant des banques pour leurs abus dans les prêts immobiliers lorsqu'il était ministre de la Justice de l'Ohio.

La Maison Blanche avait aussi annoncé trois autres nominations par décret au Bureau des relations du travail, autre organisme décrié par les républicains.

La démarche des républicains annoncée mardi par M. McConnell représente une nouvelle étape dans la bataille politique entre les deux partis à moins de sept mois de la présidentielle de novembre.

Sollicitée par l'AFP pour une réaction, la Maison Blanche a répété, comme à l'époque de la nomination de M. Cordray, être certaine qu'elle était constitutionnelle.

"Nous sommes confiants dans le fait que l'autorité du président d'effectuer des nominations par décret sera confirmée par les tribunaux", a affirmé un porte-parole de la présidence américaine, Eric Schultz.

Plus tôt, le chef de la majorité démocrate au Sénat Harry Reid, à qui l'on demandait ce qu'il pensait de la démarche républicaine, a répondu: "comment dire... je m'en fiche".

emp/tq/eg