NOUVELLES
17/04/2012 06:44 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Bissau: la junte interdit toute manifestation sous peine de "répression sévère"

Les militaires qui ont pris le pouvoir le 12 avril en Guinée-Bissau ont interdit mardi les marches et manifestations, menaçant les contrevenants d'une "répression sévère", selon un communiqué de l'état-major.

Dans ce texte, la junte "lance un vibrant appel à toute la population (...) de s'abstenir d'organiser toute marche ou manifestation qu'elles soient pour ou contre le renversement du gouvernement de Carlos Gomes Junior" et avertit "ceux qui désobéiront à l'ordre" qu'ils s'exposent à une "répression sévère".

Cette interdiction de manifester intervient alors que, selon des informations circulant à Bissau, des jeunes partisans de l'ancien Premier ministre Gomes Junior avaient prévu de manifester mardi après-midi dans la capitale.

Arrêté par les putschistes le 12 avril, l'ancien Premier ministre est toujours détenu, de même que le président intérimaire Raimundo Pereira et plusieurs anciens ministres du gouvernement déchu.

La décision de la junte a été annoncée après le départ du pays d'une délégation de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui a exigé des putschistes le "retour à l'ordre constitutionnel" et la "libération des prisonniers".

Mardi matin, l'Union africaine a suspendu la Guinée-Bissau de ses instances, menaçant les auteurs du coup d'Etat de sanctions.

aye-alc/stb/aub