NOUVELLES
17/04/2012 04:59 EDT | Actualisé 16/06/2012 05:12 EDT

Anders Breivik justifie ses actes et assure qu'il les aurait "refait"

OSLO - Au deuxième jour de son procès, Anders Behring Breivik, auteur avoué de l'attentat d'Oslo et la tuerie d'Utoya qui ont fait 77 morts le 22 juillet dernier, a défendu mardi cette attaque. "Je l'aurais refait", a-t-il déclaré devant la cour.

Ce Norvégien de 33 ans a estimé que l'attentat à la bombe qui a visé le siège du gouvernement et le massacre sur l'île d'Utoya, où il a abattu des dizaines de personnes qui participaient à un camp des jeunesses travaillistes, étaient les plus "spectaculaires" attaques d'un militant nationaliste depuis la Seconde guerre mondiale.

L'accusé a lu devant la cour une déclaration qu'il avait préparée, dans laquelle il a dénoncé les gouvernements de Norvège et du reste de l'Europe accusés de favoriser l'immigration et le multiculturalisme.

Anders Breivik, qui comme la veille avait fait un salut le poing fermé à son arrivée dans la salle d'audience, a dit parler en tant que commandant d'un mouvement norvégien et européen de résistance "anti-communiste" et d'un groupe anti-Islam qu'il a appelé les Chevaliers Templiers. La veille, l'accusation avait démenti l'existence d'une telle organisation.

Assurant qu'il avait agi pour "le bien pas le mal" afin d'empêcher une guerre civile, il a affirmé qu'il aurait répété ses actes.

Pressé à plusieurs reprises par la juge Wenche Elisabeth Arntzen de rester bref, il a jugé crucial de pouvoir s'expliquer. "C'est d'une importance cruciale que je puisse expliquer la raison et les motifs" des attaques.

Selon lui, l'ouest de l'Europe est progressivement passé sous l'emprise "des marxistes et des multiculturalistes" après la Seconde guerre mondiale, faute de responsables "anti-communistes", comme le sénateur américain Joseph McCarthy dans les années 50. "Mais même McCarthy était trop modéré", a-t-il estimé.

L'une des craintes des rescapés et des proches des victimes est de voir Anders Breivik se servir de son procès comme d'une tribune pour exposer ses thèses au reste du monde.

Sa déclaration avait été retardée par le dessaisissement de l'un des juges non-professionnels du procès. Thomas Indreboe a été dessaisi mardi à la demande de l'ensemble des parties pour avoir déclaré sur un forum au lendemain des attaques que le suspect méritait la peine de mort.

Anders Breivik est jugé par cinq juges, deux professionnels et trois non-professionnels, des élus locaux qui sont nommés pour quatre ans et participent au même titre que les magistrats à la décision du tribunal. Ce système permet à des citoyens ordinaires de jouer un rôle dans le système judiciaire norvégien. Thomas Indreboe va être remplacé par Elisabeth Wisloeff.

Lundi, à l'ouverture de ce procès attendu par toute la Norvège, Anders Behring Breivik avait contesté d'emblée l'autorité du tribunal et plaidé non coupable des deux attaques, invoquant la légitime défense.

Il va avoir cinq jours pour s'expliquer sur l'attentat d'Oslo, qui avait fait huit morts, et l'attaque de l'île d'Utoya, qui a coûté la vie à 69 personnes. AP

ir/sb/v