NOUVELLES
17/04/2012 12:11 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Algérie: 25 800 candidats en lice pour les législatives du 10 mai, un record

ALGER, Algérie - Les élections législatives du 10 mai en Algérie impliqueront un nombre record de 25 800 candidats pour les 462 sièges de l'Assemblée nationale, a annoncé mardi le secrétaire général du ministère de l'Intérieur, Abdelkader Ouali.

C'est un peu plus du double de candidats qu'aux précédentes législatives de 2007, où le nombre de candidats était de 12 700, a précisé M. Ouali lors d'un point de presse. Il a rappelé que les législatives du 10 mai constituent «un premier rendez-vous électoral se déroulant dans le cadre des réformes initiées par le président de la République».

Le 15 avril 2011, dans la foulée du Printemps arabe et par crainte d'une contagion, le président Abdelaziz Bouteflika avait annoncé un train de réformes politiques, dont la légalisation de nouveau partis et l'ouverture du secteur de l'audiovisuel au privé, en attendant une révision de la Constitution à laquelle participera la future assemblée issue des élections du 10 mai.

«De mon point de vue, et au risque de me tromper, un chiffre aussi impressionnant de candidats ne peut s'expliquer que par les avantages matériels que confère le statut de député en Algérie», a commenté l'universitaire Mohamed Saidj, interrogé par l'Associated Press. Même si, «dans cette flopée de postulants, il doit certainement en exister quelques-uns qui ont des convictions politiques, qui veulent se mettre au service de leur peuple», a-t-il nuancé.

En Algérie, un député perçoit une indemnité mensuelle de base de 300 000 dinars (environ 2700 euros), soit 20 fois le salaire minimum, sans compter les autres privilèges comme la voiture de fonction, les relations et les voyages.