NOUVELLES
17/04/2012 11:37 EDT | Actualisé 17/06/2012 05:12 EDT

Abou Qatada bénéficiera d'un nouveau procès s'il est extradé (Jordanie)

Le gouvernement jordanien a déclaré mardi que l'islamiste Abou Qatada, un temps considéré comme le chef spirituel d'Al-Qaïda en Europe, aurait droit à un nouveau procès en cas d'extradition par la Grande-Bretagne.

"Si le gouvernement britannique extrade Abou Qatada vers la Jordanie, les peines contre lui seront annulées et il aura droit à un nouveau procès, conformément à la loi", a déclaré le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Information Rakan Majali, cité par l'agence officielle Petra.

"La Constitution jordanienne garantit un procès juste aux prisonniers", a-t-il ajouté.

Abou Qatada a été arrêté mardi à son domicile londonien en vue de relancer la procédure d'extradition en Jordanie à son encontre, a annoncé le ministère britannique de l'Intérieur.

Le Jordanien a passé une grande partie des six dernières années en prison au Royaume-Uni malgré l'absence de charges.

Il avait été libéré sous de strictes conditions en février dernier après que la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a bloqué en janvier son extradition.

Selon la CEDH, l'extradition aurait violé ses droits à un procès équitable en Jordanie car des preuves obtenues sous la torture pourraient être retenues contre lui.

L'islamiste a été condamné en 1998 par contumace à 15 ans de travaux forcés pour la préparation d'attentats.

Un responsable du mouvement salafiste jordanien, Abed Shehadeh, connu sous le nom d'Abou Mohammad Tahawi, a condamné l'arrestation d'Abou Qatada.

"Je lui conseille de faire de son mieux pour éviter l'extradition", a-t-il dit à l'AFP.

"Abou Qatada a été accusé de faux crimes, avec lesquels il n'a rien à voir. Il sera arrêté et torturé une fois en Jordanie", a-t-il ajouté.

akh/vl/cnp